Le temps du changement

 

Le processus électoral s’affirme de jour en jour en option irréversible. Il est conforté par la détermination de l’Etat de réunir toutes les conditions de régularité et de transparence pour assurer l’intégrité des élections placées sous le signe du changement érigé en thème principal par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Tous les moyens matériels et financiers ont été mis à la disposition de l’Anie pour lui permettre de remplir avec succès ses missions constitutionnelles d’organisation de surveillance et de contrôle des sources de financement. L’ère de la fraude et des quotas de l’allégeance, négociés par une classe politique désuète y compris par des partisans du boycott pour cause de blanchiment d’un compagnonnage avec un régime historiquement condamné, est révolue. L’heure du changement a sonné pour une nouvelle Algérie fondée sur le choix populaire incontournable et une représentativité incontestable. «Nous espérons que le peuple algérien prendra conscience que nous sommes en passe de bâtir une nouvelle Algérie dont il est le socle de par ses choix», a souligné le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors de la dernière rencontre avec des responsables des médias nationaux. En droite ligne du sursaut patriotique, le devoir citoyen accompagne l’élan mobilisateur du hirak qu’il s’agit, par la loi universelle des urnes, de soustraire impérativement des griffes des héritiers du terrorisme barbare qui a durement sévi il y a 3 décennies, des résidus de la Issaba et d’une minorité qui ne se reconnaît pas dans le verdict populaire. L’équation démocratique interpelle, en partenaire du changement, la jeunesse et le mouvement associatif, dotés d’un cadre d’expression et d’un soutien de l’Etat pour rompre avec la logique d’exclusion et de marginalisation. Le tournant marquant du 12 juin soulève, à juste titre, un optimisme mesuré qui se décline dans la forte mobilisation de la classe politique majoritairement présente dans une compétition à chances égales et ouvertes à toutes les catégories sociales. A la clôture de la phase de dépôt des dossiers de candidatures, prévue aujourd’hui, une forte adhésion des partis politiques, toutes tendances confondues, et des indépendants caractérise la dynamique de renouveau. Au total, près de 4.653 listes, réparties entre les indépendants (2.889) et les partis politiques (1.755), ont été recensées par l’Anie, dan son évaluation arrêtée au 7 avril. L’opportunité est donc bien réelle pour amorcer le virage du changement au seul bénéfice de la nouvelle Algérie stable et démocratique.

Horizons