Handball : Plusieurs clubs contre la formule de 25 clubs en excellence

Si la famille du handball s’intéresse jusqu’à présent à l’assemblée générale élective «bis» prévue le 29 du mois en cours soit à l’ISTS ou au siège du Comité olympique, plusieurs clubs vont afficher dès l’élection d’un nouveau président de la FAHB leur refus total par rapport à la nouvelle formule avec laquelle le championnat excellence va se dérouler la saison prochaine.

En effet, 25 clubs devraient former le palier supérieur de notre petite balle. Ce qui signifie l’annulation de la rétrogradation de l’Excellence à la Nationale 1. Pour faute de temps, le bureau fédéral sortant envisageait cette option suite à la programmation de la dernière journée de la première phase du championnat Excellence, avant les play-offs qui n’auront pas lieu avant la deuxième semaine du mois de mai. Une alternative qui a été très mal reçue notamment par les clubs habitués à jouer les premiers rôles. D’aucuns qui comptent monter au créneau après l’assemblée élective, ont rappelé que tout ce qui concerne la compétition est du ressort du collège technique national. Bien que la situation sanitaire n’a pas permis de le relancer au vrai sens du terme, la FAHB avait réuni les seize représentants des clubs de l’Excellence scindés en deux pour débattre de la reprise de la compétition après plus d’une année de gel des activités sportives à cause du coronavirus. Une autre source proche de plusieurs clubs a même évoqué l’éventualité d’un bras de fer si les clubs ne sont pas consultés. Ce qui pourrait replonger la petite balle dans le même conflit qui avait opposé la FAHB à plusieurs clubs contestataires durant le mandat olympique (2009-2012). A l’époque, la Fédération, présidée par Djaffar Ait Mouloud, avait décidé de jouer un championnat Excellence à 29 clubs. Une décision qui a poussé un bon nombre de pensionnaires à boycotter la compétition. Un désaccord qui a duré deux ans, ayant ses répercussions sur le niveau du sport à sept. Ainsi, la prochaine équipe fédérale aura déjà de lourds dossiers à traiter. Outre les dettes estimées à 30 milliards, les élus à l’issue de l’AGE du 29 du mois en cours seront contraints de laisser l’aspect technique aux techniciens lors d’un collège technique. Cette structure rappelons-le, n’a siégé qu’une fois lors du mandat écoulé, soit au temps de l’ex directeur technique national, Farouk Dehili.
Adel K.