«Mèmes» et images sociales, nouveau passe temps des Algériens

Les usines à «trolls» tournent à plein régime en cette première semaine du mois sacré. Les images sociales, les «Mèmes», ont pris une place considérable sur la toile algérienne, relayées par des milliers de pages, groupes et influenceurs.

Un rapport détaillé a même été publié par Facebook, en mars dernier, sur ce qui a été appelé les «comportements non-authentiques coordonnés», autrement dit, le trolling. Une pratique qui a explosé en ce début de mois de Ramadhan avec des mèmes de plus en plus percutants pour toucher un plus large public possible. C’est sur Instagram que les «Mèmes» se partagent le plus, parfois comptabilisant plusieurs millions de vues. Souvent à caractère humoristique, ils incarnent un nouveau mouvement social du numérique qui tend à plaire à beaucoup d’internautes. «Algerian Mix», un groupe de jeunes influenceurs, sont fan de trolling. Ils comptent plusieurs milliers de publications à majorité des «Mèmes» culturels sur la vie quotidienne des Algériens, des photos tirées de feuilletons et de séries qu’ils revisitent à l’occasion d’événements marquants. Au début du mois de Ramadhan, une photo démontrant un amas de vaisselle a été postée, avec écrit dessus : «Le passe temps préféré des filles durant le Ramadhan». Elle a engrangé près de 5.000 «j’aime» et plusieurs milliers de commentaires. Les filles qui donnent leurs avis sur la question confient pour la plupart être aidées par leurs maris ou frères, tandis que d’autres sont reconnaissantes et remercient cet effort considérable après chaque Iftar. Les images du même genre emplissent les réseaux. Sur Facebook c’est d’ailleurs les publications qui amassent le plus fort taux d’interactivité, partagées par bon nombre d’internautes. Le «Mème» qui a fait le buzz dernièrement est celui du feuilleton «Achour 10» qui annonçait l’arrivée d’un nouveau visage dans la série culte. Il aurait été visionné sur les pages et les groupes, plus de 13 millions de fois et partagés par des dizaines de milliers d’utilisateurs. Ce phénomène, nous apprend Nassim, administrateur de la page «Mèmes Dz» est prisé pour la facilité d’assimilation des messages et la rapidité par laquelle il fait le tour de la toile. «Il est arrivé que nous atteignons près de 5.000 vues sur une image sociale en quelques heures qu’une vidéo pendant deux ou trois jours. Les internautes algériens en raffolent et c’est tout bénef pour nous. Cela nous aide à dynamiser notre page et à nous classer parmi les premières en terme d’activité, et par la même occasion, toucher encore plus de monde», nous a-t-il expliqué. Détendre l’atmosphère, informer et discuter sur des photos à caractère social devient une pratique totalement conventionnelle qui a su s’adapter au quotidien des Algériens, notamment durant le mois de Ramadhan en ces temps de pandémie, où les gens passent clairement plus de temps sur les réseaux sociaux.
Walid Souahi