Tableaux de la vie des Ouled Naïl

«Coutumes et traditions des Ouled Naïl et des tribus environnantes» est le titre d’un ouvrage de 360 pages qui vient de paraître chez Dar Al-Khaldounia à Alger.

Son auteur, Tayeb Koreichi, qui s’intéresse, depuis longtemps  au patrimoine local de cette région steppique où il a passé son enfance, a conçu, en deux chapitres, une sorte de  guide qui permet au lecteur de découvrir les multiples facettes de la littérature populaire et de la vie sociale. Dans le premier, l’auteur décrypte les liens familiaux et tribaux tout en mettant en lumière les coutumes équestres et différents rites liés aux cérémonies de mariages et de décès. Dans le même chapitre, le livre fait la part belle à l’espace domestique en décrivant le patrimoine culinaire et les ustensiles de cuisine. Différents plats tels que la chakhchokha (treeda), le baghrir, le mardud, le rfis (bousloua) et le pain matlouaa et d’autres et mets appréciés  dans la région sont présentés.
L’auteur s’est par ailleurs astreint à une description  des jeux et pratiques folkloriques et à la vie économique de la communauté fondée essentiellement sur l’élevage et la transhumance. A ce propos, il  énumère les types de bêtes  élevés, le savoir des éleveurs tout en mentionnant les significations de lieux et sites de pastoralisme. Dans le deuxième chapitre, le professeur Koreichi a abordé la science de la météorologie et les pratiques d’astrologie dans la région de Djelfa accompagnés de la signification des noms, prénoms et groupes. Le chercheur qui dresse un tableau de la société naïlienne et des tribus environnantes s’est fait le devoir de rassembler, les témoignages des personnes âgées. «L’ouvrage, dit-il est un puzzle formé de toutes les pages où j’ai méticuleusement consigné chaque détail de la vie de la région.»
C’est en somme un  véritable travail sur la mémoire locale qu’il ressuscite pour faire  connaître les coutumes  auxquelles les nouvelles  générations tournent de plus en plus le dos.
M.H./ APS