Le devoir d’unité et de résistance

 

Le projet de déstabilisation se précise pour valider la thèse de la guerre de 4e génération évoquée par des spécialistes et des figures emblématiques de la diplomatie algérienne. Elle se décline dans la mobilisation tous azimuts des médias sociaux, des ONG et des relais locaux aux fins d’une printanisation chaotique dramatiquement vécue par les victimes du leurre démocratique et humanitaire. La mise en échec de la campagne de désinformation menée, à rythme soutenu, par des chaînes françaises et le démantèlement en série des réseaux locaux au service des agendas étrangers caractérisent le plan de déstabilisation davantage explicité par la guerre cybernétique menée par le Maroc, épinglé à maintes reprises par facebook, et son allié sioniste et le paiement illégal de la rançon de la honte destiné au financement du terrorisme international dont des membres, passant aux aveux, ont été neutralisés à Tipasa et Jijel. L’envoi des spécialistes militaires israéliens au Maroc et la fourniture d’armement de dernière génération (drones et matériel de guerre électronique) renseignent sur la menace tangible qui pèse sur l’Algérie mobilisée pour la sécurisation des 8 frontières et la lutte contre le terrorisme. «Il ne fait aucun doute que l’Algérie et, de l’aveu même et public du sinistre assassin du peuple palestinien Benjamin Netanyahu, est la cible prioritaire d’Israel», a indiqué l’ancien diplomate émérite Nourredine Djoudi alertant sur les risques de la guerre de 4e génération. Il ne s’agit pas d’une vue de l’esprit. Les faits intangibles attestent de la véracité de la conjuration qui prend forme dans l’instrumentalisation éhontée du nouveau hirak infiltré par les faiseurs de chaos. Pour preuve : le démantèlement d’une bande criminelle de 8 personnes financée par une représentation diplomatique et, sous le couvert d’une association culturelle non agréée, activant pour la fabrication des documentaires et des films subversifs, la réalisation des pancartes et des affiches utilisées lors des marches populaires, grâce notamment aux équipements et au matériel électronique acquis auprès de la dite ambassade. Plus encore, la conspiration se confirme avec la saisie d’armes de guerre des explosifs détenus par une cellule criminelle affiliée au mouvement séparatiste MAK, dont les accointances avec le sionisme et le Makhzen sont connues de tous. «Cette opération qui dénote du degré de vigilance des services de sécurité relevant du ministère de Défense nationale (MDN) et de la capacité de mettre en échec tous les plans criminels est toujours en cours afin d’arrêter tous les membres impliqués dans cette bande de criminels», a-t-on souligné dans un communiqué du MDN. Fort de la résistance à toutes les épreuves, le bastion algérien ne vacillera pas. Le devoir de vigilance et d’unité interpelle sur les exigences d’un front uni pour préserver les acquis d’un Algérie libre, souveraine et solidaire.

Horizon