Palestine : HRW accuse Israël de commettre un «crime d’apartheid»

L’organisation de défense des droits humains Human Rights Watch a qualifié «d’apartheid» la politique de l’État sioniste à l’égard des Arabes sur son sol et des Palestiniens dans les territoires occupés, dans un rapport publié ce mardi.

Des ONG israéliennes utilisent depuis quelques mois le terme «apartheid» pour désigner les politiques d’Israël à l’égard des Arabes israéliens –descendants des Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l’Etat sioniste- et des Palestiniens de Cisjordanie occupée, Ghaza sous blocus et Al Qods occupée. Mais c’est la première fois qu’une grande ONG internationale de défense des droits humains la reprend à son compte. «Sur la base de ses recherches, Human Rights Watch conclut que le  gouvernement israélien maintient une domination délibérée de la population juive israélienne sur les Palestiniens à travers Israël et les Territoires occupés», souligne le rapport. Lorsque cette «domination délibérée» s’ajoute à une «oppression systématique» et à des «actes inhumains», «il s’agit du crime d’apartheid», conclut HRW, disant se fonder sur la définition légale de l’apartheid et non sur une comparaison avec l’ancienne politique raciale de l’Afrique du Sud. «Depuis des années, nous disons que nous sommes proches de l’apartheid (en Israël/Palestine), et je crois qu’il est maintenant clair que le seuil a été franchi», a déclaré Omar Shakir, auteur de ce rapport de 200 pages.