Tchad : Mahamat Idriss Déby annonce un dialogue national inclusif

Le président du Conseil militaire de  transition du Tchad (CMT), Mahamat Idriss Déby, a annoncé un dialogue  national inclusif pendant la période de transition qui doit durer 18 mois.

Le général Mahamat Idriss Déby, a fait son premier discours mardi dernier et déclaré à l’occasion, qu’un dialogue national inclusif sera organisé  pendant cette période de transition qui doit durer 18 mois. «Je serai le garant de ce dialogue qui n’éludera aucun sujet d’intérêt national selon un calendrier précis que le gouvernement sera appelé à  dévoiler», a assuré Mahamat Idriss Deby. Il s’est prononcé aussi sur le Conseil militaire de transition dont il justifie la mise en place.
«Confronté au renoncement du président de l’Assemblée nationale d’assumer sa responsabilité constitutionnelle et face à ce péril imminent, un Conseil  militaire de transition a été mis en place pour faire face au péril ultime. La charte de transition qui fonde nos actions est une base pour la mise en  œuvre de notre dispositif institutionnel», a indiqué le fils du défunt  président, Idriss DébyItno.
Le Tchad continuera de «tenir son rang et à assumer ses responsabilités dans la lutte contre le terrorisme et respectera tous ses engagements internationaux», a également affirmé le président du CMT dans son allocution.
Le président de transition tchadien a exprimé son «infinie gratitude» aux dirigeants des pays amis et partenaires pour «ce soutien résolu dans cette quête qui est la nôtre d’une transition apaisée, sereine et participative, que le peuple tchadien attend avec espoir».
Le CMT, constitué de quinze généraux, a pris le pouvoir le 20 avril à la suite du décès brutal du président tchadien Idriss Déb. «Le Tchad a besoin de la communauté nationale et internationale pour réussir cette transition tant les défis sont immenses», a insisté le général Déby.
D’après la presse locale, mardi vers 05H00, des terroristes ont attaqué une position de l’armée tchadienne dans la province du Lac (Ouest), entraînant la mort d’au moins douze militaires. Dans la riposte, l’armée a tué une trentaine de terroristes. Par ailleurs, au moins cinq personnes ont été tuées mardi dans des manifestations à N’Djamena et dans le sud du Tchad contre la junte militaire qui a pris le pouvoir après la mort du président Idriss DébyItno, a annoncé mardi Youssouf Tom, procureur de la capitale. Plus tôt  dans la journée, son homologue à Moundou, la deuxième ville du Tchad, à quelque 400 km au sud de N’Djamena, avait aussi confirmé la mort d’un manifestant sur  place.
Le CMT «obéit au souci cardinal de faire face à l’urgence absolue de devoir défendre notre patrie contre l’agression qu’elle subissait, de  préserver les acquis de paix et de la stabilité, et de garantir l’unité et la cohésion nationale», a insisté le président du CMT. Il a martelé que «le CMT n’a pas d’autre objectif que d’assurer la  continuité de l’Etat, la survie de la nation, et de l’empêcher de sombrer dans le néant, la violence et l’anarchie».  «Les membres du CMT sont des soldats qui n’ont d’autre ambition que celle de servir loyalement et avec honneur leur patrie. Toute autre attitude des  membres du CMT sera une atteinte impardonnable à la mémoire du Maréchal (défunt président Déby) et à l’engagement face au peuple», a-t-il assuré.  «Notre pays est au carrefour de son histoire. Ce moment crucial pour la nation tchadienne engage le CMT à faire preuve de responsabilité et de pondération (…) La seule et unique raison d’être du CMT, c’est le Tchad, le Tchad éternel», a conclu le nouvel homme fort du Tchad.