Les praticiens de la santé saluent les instructions « salutaires » de Tebboune

Les instructions données par le président de la République lors d’une réunion d’évaluation de la situation épidémiologique en Algérie, ont été favorablement accueillies par les professionnels de la santé. Ces derniers ont également insisté sur la nécessité de respecter les mesures sanitaires et d’accélérer la campagne de vaccination.

Le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Dr Lyès Merabet, affirme d’emblée que les «décisions annoncées sont à la hauteur des attentes des professionnels de la santé». «Cette réaction au plus haut niveau va permettre un retour rapide au respect des mesures barrières et de l’ensemble des protocoles sanitaires mis en place depuis le début de la pandémie», indique-t-il. Pour le Dr Merabet, l’intérêt accordé par le chef de l’Etat aux enquêtes épidémiologiques et la nécessité de communiquer dans le détail sur la situation sanitaire traduisent «une approche stratégique dans la lutte contre la progression de la pandémie». Il considère que la sensibilisation et la communication sont très «importantes». «De même, poursuit-il, pour la campagne de vaccination anti-Covid-19 qui peine à se mettre en place». Selon lui, cette situation a justifié les instructions fermes données par le Président pour accélérer le processus de fabrication du vaccin Sputnik V en Algérie.
Quant à la fermeture des frontières, le Dr Merabet fait savoir qu’il s’attendait à ce que des instructions soient émises concernant le retour de l’étranger des citoyens algériens désirant rentrer au pays et ce dans le respect du protocole sanitaire de contrôle strict aux frontières. Toutefois, le praticien s’interroge si des orientations ont été données pour assurer une meilleure organisation du circuit de prise en charge des malades dans la perspective d’une 3e vague de contaminations afin d’éviter «les désagréments vécus par le passé avec le manque de moyens de protection, de pénurie d’oxygène et d’indisponibilité de médicaments nécessaires au traitement des malades». Le DrMerabet souligne, aussi, la priorité qui doit être accordée à tous les autres services de santé dans le cadre d’une organisation coordonnée entre les établissements de santé publique, d’une part, et avec le secteur privé, d’autre part.
De son côté, le Pr Ryad Mahiaoui, membre du Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus, a qualifié les instructions du chef de l’Etat de «logiques», une réponse à la situation épidémiologique actuelle. «Nous craignons une 3e vague», dit-il, espérant que ces mesures vont permettre de stopper cette tendance haussière. Le Pr Mahyaoui, qui rappelle le respect par la population des gestes barrières durant les deux précédentes vagues, redoute une aggravation de la situation face au relâchement «gravissime» et pratiquement général des citoyens. «Il ne faut pas gâcher les avancées enregistrées dans la lutte contre le coronavirus au moment où l’Algérie vit une situation confortable par rapport à d’autres pays», insiste-t-il. La présidente de la Société algérienne de biologie médicale et chef de service au CHU Mustapha-Pacha d’Alger, le Pr Wahiba Amhis, s’est félicitée des instructions du Président qui viennent, a-t-elle précisé, à point nommé, «surtout qu’on a besoin d’une enquête épidémiologique pour avoir plus de visibilité et évaluer la situation réelle» Pour freiner cette pandémie, le Pr Amhis conseille d’agir sur plusieurs fronts dont l’accélération de la campagne de vaccination.  Comme elle n’a pas manqué de fustiger le relâchement des mesures barrières des citoyens. Selon elle, il est impératif de revenir au strict respect des mesures d’hygiène afin d’éviter les scénarios catastrophe.
Samira Sidhoum