Covid-19: Au moins 3.152.646 morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au  moins 3.152.646 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi à partir de sources officielles ce jeudi.

Plus de 149.541.720 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois. Sur la journée de mercredi, 14.955 nouveaux décès et 863.564 nouveaux cas  ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont l’Inde avec 3.645 nouveaux  morts, le Brésil (3.163) et les Etats-Unis (948).
Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 574.329 décès pour 32.230.020 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Parmi les pays les plus durement touchés, la Hongrie est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 281 décès pour 100.000 habitants, suivi par la République tchèque (273), la  Bosnie-Herzégovine (258), le Monténégro (236) et la Bulgarie (233). L’Europe totalisait jeudi à 10H00 GMT 1.062.703 décès pour 50.088.085 cas,  l’Amérique latine et les Caraïbes 909.450 décès (28.532.402 cas), les Etats-Unis et le Canada 598.428 décès (33.429.674 cas), l’Asie 330.514  décès (25.179.401 cas), le Moyen-Orient 129.378 décès (7.732.681 cas), l’Afrique 121.128 décès (4.536.416 cas), et l’Océanie 1.045 décès (43.062  cas).
OMS : N’importe quel pays peut se retrouver dans la situation de l’Inde 
L’Organisation mondiale de la santé (OMS)  a mis en garde jeudi l’Europe sur l’assouplissement des restrictions, estimant que « la situation en Inde peut se produire n’importe où ». La crise sanitaire majeure que traverse actuellement l’Inde peut avoir son origine dans le variant dit indien du coronavirus, mais aussi dans certaines conduites comme le non-respect des restrictions sanitaires, a  avancé l’OMS. « C’est toujours un défi énorme dans les pays où les mesures de protection individuelle sont relâchées, où il y a des rassemblements de masse, où il y a des variants plus contagieux et où la couverture vaccinale est encore faible, cela peut provoquer une tempête parfaite » pour les systèmes de santé de tout pays, a prévenu le directeur de l’OMS Europe lors d’un point presse en ligne. Hans Kluge a rappelé à la cinquantaine de pays de la région que « les mesures individuelles et collectives de santé publique et les mesures sociales demeuraient des facteurs déterminants » pour freiner la pandémie, à l’heure où le nombre de nouveaux cas en Europe chute « de manière significative pour la première fois en deux mois ». Le variant indien, B 1.617, a été détecté dans 17 pays dont plusieurs en Europe.