Education nationale : Le ministère s’engage à prendre en charge les préoccupations des syndicats

 

 Le ministère de l’Education nationale a fait état, jeudi, de son plein engagement à la prise en charge de toutes les «préoccupations» soulevées dans le secteur, appelant la famille éducative à faire preuve de responsabilité en faveur de la stabilité du secteur au service de l’élève et du savoir. 

«Lors d’une conférence tenue par visioconférence avec les directeurs de l’éducation des wilayas sur les mouvements de contestation marquant récemment le secteur, le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a mis en avant le plein engagement de son secteur à la prise en charge des préoccupations soulevées légalement conformément aux cadres juridiques en vigueur», appelant la communauté éducative à «faire preuve de responsabilité et à adhérer aux efforts de dialogue de manière à assurer la stabilité du secteur au service de l’élève et du savoir. A ce propos, Ouadjaout a donné des instructions aux directeurs de wilaya pour l’accélération du paiement des droits financiers des employés notamment les nouvelles recrues, les suppléants et les contractuels outre les rappels cumulés depuis 2015 (rappels de salaires et de promotions), rappelant la consécration d’importants montants à cet effet, ce qui reflète les efforts de l’Etat qui accorde un intérêt majeur à la régularisation des dossiers en instance qui seront tous pris en charge au titre de l’année  financière 2021». Le ministre a souligné, par ailleurs, l’impératif de «prendre en  charge les diplômés des Ecoles normales supérieures en tant que produit de formation destiné au secteur de l’éducation nationale et de veiller à la promotion du personnel via les concours professionnels et les liste d’habilitation dans les différents grades tout en insérant les détenteurs de contrats de pré-emploi et d’insertion sociale en fonction des besoins  exprimés», ajoutant que l’opération se poursuit au niveau des direction de l’éducation.
Le ministre a appelé les représentants des organisations syndicales agréées à tenir des réunions périodiques et continues pour concerter et examiner la situation locale que connaît le secteur de l’éducation en général, ainsi que les inspecteurs à intensifier les visites au niveau des établissements éducatifs en vue de régler les problèmes soulevés et recourir à l’action de proximité et de sensibilisation pour un accompagnement effectif sur le terrain. Il s’agit également de coordonner avec l’ensemble des organisations syndicales agréées auprès du secteur et les associations des parents d’élèves suivant un programme visant à inviter l’ensemble des travailleurs de l’éducation, tous grades et corps confondus, à «faire preuve de sagesse et de retenue et à ne pas céder aux publications anonymes qui, à quelque semaines de la fin de l’année scolaire, tentent de déstabiliser et d’hypothéquer l’avenir de nos enfants».
Concernant les dossiers à caractère sectoriel commun, Ouadjaout a indiqué que le ministère de l’Education nationale «poursuit toujours ses efforts pour examiner et régulariser tous les dossiers», relevant que son secteur «consacre le principe de partenariat social par la tenue d’une série de rencontres régulière avec les partenaires sociaux agréés». Après s’être dit convaincu que «l’amélioration de la situation éducative et socioprofessionnelle ne saurait être réalisée que par le dialogue continu et le travail responsable et collectif basé sur la confiance et le respect mutuel», Ouadjaout a affirmé que le ministère «ne ménagera aucun effort pour améliorer la situation et prendre en charge les préoccupations soulevées par l’ensemble des membres de la famille éducative ».