L’UGTA pour un dialogue social «nouveau et sérieux»

L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) a affirmé, ce samedi, que les crises sociales et la régression économique causées par la pandémie de la Covid-19, exigent l’ouverture d’un dialogue social «nouveau et sérieux» qui puisse rassembler toutes les parties prenantes dans la société afin de trouver de solutions «applicables», selon un communiqué de l’UGTA. 

La pandémie a été à l’origine de nombreuses crises sociales nées d’une régression économique sans précédent, cette situation en appelle à «un redoublement des efforts pour faire face à ces retombées avec le moins de dégâts possible, et ce, à la faveur d’un dialogue social, nouveau et sérieux, qui puisse rassembler toutes les parties prenantes dans la société afin de trouver des solutions applicables», a indiqué l’UGTA à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du travail (1er mai).
Cette pandémie qui dure dans le temps, avec de lourdes répercussions sur le monde du travail et la vie sociale, menace la vie de nombreux travailleurs et a causé «un effondrement du pouvoir d’achat, ce qui nous interpelle pour revoir notre activité syndicale en redéfinissant les priorités».
Partant de sa position en tant qu’acteur important, l’UGTA place la préservation des emplois et des entreprises économiques, la relance de l’investissement créateur de richesse, au centre de ses priorités en vue d’améliorer la vie sociale des travailleurs et satisfaire leurs revendications.
L’Union «est en phase avec les revendications des travailleurs et des travailleuses pour l’amélioration du pouvoir d’achat, la concrétisation de la justice sociale, le droit à un travail décent et à la retraite, qui sont tous des chantiers ouverts», a ajouté la même source.
L’UGTA a rappelé avoir été de tout temps une force de proposition pour un monde de travail affranchi de toutes les formes d’injustice pour une  Algérie nouvelle.