Stars du théâtre sur le petit écran

Chaque année, les productions spéciales Ramadhan révèlent le talent de jeunes nouveaux comédiens algériens que ce soit dans le domaine de la comédie ou du drame. Pour cette année, il s’est avéré, que la plus part des séries à succès sont des œuvres de jeunes acteurs issus du théâtre. Le petit écran les a fait connaître et leur a offert une véritable renommée auprès du grand public.  C’est dire, que cette fois-ci, la télévision algérienne a donné aux acteurs de théâtre l’occasion de dévoiler leur savoir faire. En cette saison, d’énormes potentiels dans le domaine du jeu d’acteur ont fait connaissance avec les téléspectateurs algériens, à l’exemple du comédien de théâtre Mokhtar Hocine, qui a joué le rôle de «Mounir» dans la série «7 Hadjrat» de Mehdi Tsabast. Il a donné une très bonne performance dans son rôle de l’ami, qui essaie de déchiffrer les malédictions de son complice Hichem Sakhraoui, soit un personnage simple, honnête, et très spontané qui apporte la joie et la positive attitude. De même pour le jeune acteur Lyes Chekra, qui a participé à cette même série dans le rôle complexe de «Chaker», un jeune homme victime de l’arrogance et de la cruauté d’Hichem Sakharaou. Dans la série, Chaker n’a pu trouver un emploi malgré les efforts qu’il a consenti. Sa performance est profonde et si remarquable, qu’il donne l’impression que c’est un personnage réel. Le jeune acteur de théâtre s’exprime parfaitement.Parmi ces acteurs qui ont fait leur preuve dans cette série, la talentueuse actrice Lydia Laarini, qui a réussi  à interpréter le rôle d’Oum Hichem. L’actrice fait partie des actrices les plus importantes de la scène théâtrale algérienne, et a réussi à se frayer une place de choix dans le style  dramatique sur le petit écran en raison de son charisme et de son assurance devant la caméra.
Par ailleurs, dans la série «Lyam» de Nassim Boumaiza, l’acteur de théâtre, Nacereddine Djoudi, a été très convainquant dans le rôle de «Okba» et s’est distingué par son calme. Un jeu qui lui a valu un plus à son style, auparavant, dans la comédie théâtrale. C’est ce qui a suscité l’intérêt des producteurs envers lui. Quant à Ali Namous, il s’est surpassé dans le rôle de «Yahya», un jeune homme simple et conservateur à la recherche des causes de l’incarcération de son père en prison, et essaie de découvrir la face cachée de cette histoire qui le tourmente.                                                                                            Pour la plupart des spécialistes, la scène théâtrale algérienne regorge de jeunes talents qui représentent un véritable trésor dans le domaine de l’actorat. Pour eux, le théâtre reste la base, car il corrige les erreurs et fait ressortir le potentiel des jeunes acteurs. Ils appellent, dans ce contexte, à améliorer la qualité des scénarios pour faire revivre le drame algérien et les feuilletons, et à apporter soutien et appui au processus de mise en scène et des techniques de tournage, qui représentent deux éléments de base artistiques modernes, créatifs et surprenants.
Rym Harhoura