Professeur Oumnia (chef du service de médecine interne à l’EHS  Zmirli): « Continuer à respecter les gestes barrières »»

Le Pr Nadia Oumnia  a affirmé, ce dimanche, que la pandémie liée au Coronavirus n’a jamais disparu. Face à la recrudescence des cas de contamination et des décès, elle  exhorte  le citoyen à porter la bavette, à respecter la distanciation sociale et à se laver régulièrement les mains.

La praticienne fait savoir que les cas de contaminations sont dus aux nouveaux variants.«  Depuis trois mois, nous avons observé une accalmie dans notre service qui est le baromètres de l’évolution de l’épidémie,  mais ce n’est plus le cas durant ces derniers 15 jours », confie t- elle. « Nous comptons quatorze patients dont la moitié sont en désaturation et trois ayant une double source d’oxygène », précise t-elle . Elle révèle au passage la présence de cas de nouveaux variants dans son  service. « Nous comptons deux personnes contaminées par le variant britannique et une autre par le  variant nigérian. Actuellement, il en reste deux, après un décès et les autres sont en service d’isolement», précise t- elle. Elle ne dit pas ouvertement que nous risquions une 3e vague et ignore si les nouvelles souches sont plus sévères que le Coronavirus. Elle reste seulement persuadée que la meilleure solution pour se prémunir est le respect les gestes barrières.
Soutenant que le relâchement de la population est dû à la baisse des cas de contaminations et décès ces derniers mois avec moins de 100 contaminations par jour, elle s’insurge contre ce laisser-aller. « La pandémie n’est pas maîtrisée. Il y a  l’apparition des nouveaux variants, d’une manière inexpliquée car   les frontières sont fermées ! », s’exclame t–elle.
Concernant la situation des diabétiques, le Pr Oumnia admet que beaucoup d’entre eux ont été hospitalisés durant les précédentes vagues. « Le  diabète n’aggrave pas le risque de contamination au Covid-19, mais peut toutefois être à l’origine de symptômes aigus et de complications en cas de contamination. », poursuit elle. Le Pr Oumnia insiste surtout sur la nécessité de reprendre les mesures préventives pour éviter une contamination et réitéré l’importance du contrôle  strict  de la glycémie et de l’acétone, tout en consultant un médecin, le plus tôt possible, pour appliquer les mesures correctives en cas de soupçon d’atteinte au Covid-19. Interrogée sur la disponibilité des moyens de  protection, notre interlocutrice  assure que «  rien, notamment l’oxygène, ne manque pour faire face à la  pandémie ».Beaucoup de ses confrères se sont faits  vacciner et la plupart ont opté pour le Sputnik V. Mais certains hésitent, craignant les effets secondaires de l’AstraZeneca qui aurait provoqué des thromboses. «  Pour elle, «  une telle crainte est légitime ».
Samira Sidhoum