Toufik Hantabli, expert en économie numérique : «La pandémie chamboule nos habitudes en ce mois sacré»

Dans cet entretien, l’expert en économie numérique, Toufik Hantabli, déplore le changement dans certaines de ses habitudes en ce mois de Ramadhan en raison de la crise sanitaire tout en se réjouissant, toutefois, de l’apparition de nouvelles habitudes qui renforcent les liens familiaux et la restitution de certaines traditions perdues par manque de temps.

 

Depuis l’avènement de la crise sanitaire, le mois de Ramadhan a-t-il une autre «saveur» pour vous ?
Toufik Hantabli : Depuis la pandémie de Covid-19, le mois de Ramadhan a une autre saveur, en effet. De même que celui de l’an dernier d’ailleurs. Au fait, le confinement nous pousse à revoir certains points qui étaient importants mais que nous avions tendance à négliger. Les relations familiales, par exemple, les traditions oubliées par manque de temps ou de patience. Ce mois de Ramadhan, en ce temps de pandémie, nous a permis d’investir davantage dans les relations familiales et de restituer certaines traditions. Grâce au confinement, nous gagnons en temps et en patience. Néanmoins, d’un autre côté, la pandémie nous prive de certains loisirs spécifiques au mois de Ramadhan. Les sorties culturelles, les longues soirées chez nos voisins ou bien en famille…
Le confinement et la propagation rapide du virus affectent-ils vos habitudes en ce mois sacré ?
Oui, cela affecte énormément nos habitudes. Nous ressentons plus de pression par rapport au temps. Avant la pandémie, notre seul souci était d’arriver à temps au travail le matin et au moment du ftour. Mais avec la crise sanitaire et le couvre-feu, nous subissons une autre pression le soir. Du coup, nous ne nous sentons pas vraiment à l’aise à l’extérieur car nous sommes sous pression matin et soir. La propagation rapide du virus, par ailleurs, a modifié nos habitudes en matière d’achat. Nous évitons de faire nos courses ou notre marché dans des endroits où il y a trop de monde même si, dans ces surfaces, nous avons plus de choix en matière de produits et en termes de prix. Sur un plan plus personnel, la plupart d’entre nous sont devenus des couches-tôt durant le mois de Ramadhan à cause de la pandémie alors que d’habitue, beaucoup veillent très tard et ne dorment qu’à l’aube.
Etes-vous plus rentable quand vous faite carême ou votre tonus diminue ?
Généralement, il y a un manque de tonus chez la plupart des gens. En fait, ça dépend de l’environnement et des personnes qui nous entourent. Parfois, même si nous voulons être plus rentables, notre élan est quelque peu ralenti par ceux qui nous entourent et qui ne suivent pas le mouvement. Dans ce cas là, nous sommes soit obligés de ralentir la cadence pour être à leur niveau ou bien de fournir des efforts supplémentaires pour combler le manque, quand c’est urgent surtout. En dehors du mois sacré, nous faisons toujours des heures supplémentaires afin d’augmenter la rentabilité mais au cours du mois sacré, nous nous plions aux obligations religieuse et familiale en ralentissant quelque peu la machine.
Avez-vous de nouvelles habitudes durant le mois de Ramadhan ?
Généralement, je n’ai pas de nouvelles habitudes spécifiques au mois de Ramadhan. Seulement, au cours de ce mois, ces habitudes changent de timing en fonction des priorités. Je suis un passionné de jardinage et en dehors de Ramadhan, je m’adonne à ce passe-temps durant les week-ends. Mais durant le mois de jeûne, je m’adonne à ce plaisir quotidiennement une heure avant el iftar. Un changement aussi dans le choix des chaînes télévisées. Nous préférons les chaînes locales durant le mois de Ramadhan alors qu’en temps normal, nous sommes plutôt branchés sur les chaînes étrangères.
F. B.