Démocratie et citoyenneté

Le caractère social et démocratique de la nouvelle Algérie se décline aisément dans la consécration des droits sociaux et politiques. Le droit constitutionnellement consacré au travail, à l’éducation, au logement et à la santé fondent les priorités examinées au Conseil des ministres, présidé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, appelant, la veille, à l’occasion de la célébration de la fête des travailleurs, à la préservation de l’emploi et à l’encouragement des start-up en plein essor dont un projet portant sur un dispositif juridique régissant leur activité commerciale, présenté par le ministre de la Justice, sera examiné ultérieurement. Dans cette dynamique de changement, les urgences d’une réforme en profondeur du secteur de la santé ont été réitérées pour conforter le niveau de performance, attesté par les résultats satisfaisants enregistrés dans la lutte contre la Covid-19, et pallier les insuffisances relevées, notamment en matière d’organisation des urgences. La nécessité d’un service civil performant a été mise en avant pour favoriser les compétences nationales et garantir la protection de la santé publique. Cette préoccupation se traduit par la nécessité de la révision du statut particulier des enseignants, un des engagements clés du président de la République, et l’accélération des programmes de logement, toutes formules confondues, à travers le lancement de la banque de financement ouverte au capital privé. Dans le secteur du commerce, l’exigence de transparence impose nécessairement la mise en place d’un réseau de statistiques englobant la production, l’importation et la consommation. Dans cette quête de changement multidimensionnel, rendu accru par plus de deux décennies de léthargie, les vertus du dialogue conditionnent le bond en avant qualitatif d’une Algérie confrontée aux défis de la relance économique et de la construction des institutions réellement représentatives de la volonté populaire. La main tendue du président de la République interpelle tous les partenaires sociaux et les opérateurs économiques pour bâtir ensemble une Algérie nouvelle et faire bloc face aux tentatives de manipulation aux antipodes des intérêts socioprofessionnels des travailleurs. A deux semaines du lancement de la campagne électorale, le retour à plus de sérénité privilégie assurément une compétition intègre et transparente dont le meilleur gage est la suspension de toutes les activités sur le terrain des membres du gouvernement. A la faveur du rôle central de l’Autorité nationale indépendante des élections et de l’efficience du protocole sanitaire, tout indique que la grande fête du 12 juin signera la naissance d’une Algérie unie, fraternelle et prête à relever tous les défis
Horizons