Benbouzid : «Il y a une grande tension sur les vaccins»

 

La situation épidémiologique en Inde a chamboulé le processus d’acquisition du vaccin anti-Covid-19 et par là même le programme de vaccination.

«La situation catastrophique de l’Inde qui enregistre des chiffres faramineux de contaminations et de décès dus à la Covid-19 a poussé les autorités à arrêter l’exportation des doses fabriquées pour un usage domestique», a affirmé le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Pr Abderrahmane Benbouzid, à l’occasion de l’inauguration de 3 blocs opératoires à l’hôpital Salim-Zemerli à El Harrach (Alger). Le ministre a, à ce propos, rappelé que l’Inde est la pharmacie du monde. «Les grandes entreprises pharmaceutiques qui ont développé des vaccins anti-Covid ont lancé la production à grande échelle en Inde. Nous avions finalisé le processus d’octroi de doses en avançant 15% des tarifs mais la tension est très grande et nous dépendons du marché mondial», a soutenu Benbouzid qui a annoncé la réception prochaine d’un million de doses durant le mois en cours.
Réception prochaine d’un million de doses en mai
«Des négociations au niveau du Premier ministère et du ministère des Affaires étrangères sont en cours pour acquérir 500.000 doses dans les prochains jours du vaccin chinois Sinovac. La Russie s’est également engagée à nous remettre le reste (500.000 doses, ndlr) du quota. Nous tentons d’exploiter nos relations bilatérales avec certains pays avec qui nous entretenons d’excellentes relations pour acquérir le plus de doses possibles et continuer la campagne de vaccination», a-t-il indiqué.
Benbouzid a rappelé aussi que la tension sur le vaccin est le résultat de la diffusion fulgurante du virus et de ses variants dans le monde. «Le mois de juin sera peut-être plus clément. La tension tombera et certains pays très infectés reprendront  leur souffle. Nous aurons plus de chance pour acquérir le vaccin et poursuivre la campagne», a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le ministre a évoqué la stabilité de la situation épidémiologique en insistant sur l’application des mesures de prévention. Au sujet de l’apparition du variant indien du coronavirus dans la wilaya de Tipasa, il a précisé que c’est un ressortissant indien résidant dans la région qui l’a importé.
«Après le séquençage, l’Institut Pasteur d’Algérie a confirmé qu’il s’agit du variant indien qui a touché, selon les enquêtes épidémiologiques, 6 personnes. Toutefois, il se peut que d’autres cas existent», a-t-il soutenu. A propos de l’avancement du dossier relatif à la fabrication du vaccin russe Spoutnik V en Algérie, Benbouzid a relevé que  l’industrie pharmaceutique est toujours en contact constant avec les partenaires russes. «Les études du projet avancent bien, espérant que l’exploitation sera pour le 1er septembre prochain», a-t-il indiqué.
Karima Dehiles