Banques publiques : Prolongement des horaires de travail et ouverture le samedi

 Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane,  a appelé, ce mardi, les responsables des banques publiques à revoir les horaires de travail et à ouvrir le samedi pour pouvoir capter le maximum d’argent.

Lors de sa visite à Blida où il a assisté au lancement d’un  guichet de la finance islamique au niveau de La Banque algérienne de développement rural (Badr), le ministre s’est interrogé sur la fermeture des guichets à 15h30. «Les banques, notamment publiques, doivent rester ouvertes jusqu’à 18h30 pour pouvoir accueillir les clients qui quittent leur travail. Nous devons travailler pour capter le maximum d’argent qui circule en dehors du circuit bancaire. La révision des horaires de travail, une permanence dans au moins trois banques par wilaya et l’ouverture le samedi entrent justement dans la stratégie de la bancarisation», a souligné le ministre, soutenant que cette opération a pour objectif de capter plus d’argent afin de financer les projets d’investissement.
Benabderrahmane a également insisté sur la facilitation de l’ouverture d’un compte bancaire pour les nouveaux clients, laquelle opération ne doit pas dépasser, selon lui, cinq minutes. «Le client doit seulement présenter sa carte d’identité et justifier de son lieu de résidence pour ouvrir un compte en quelques minutes», a-t-il insisté. Toujours dans le cadre des services, le ministre a également mis en garde les responsables des banques contre la longueur de la confection des carnets de chèques, expliquant que sa remise au client ne doit pas excéder une semaine à partir du jour de la demande. En attendant, il a annoncé une prochaine réorganisation des banques publiques et leur organigramme. «Le nouveau mode de gouvernance qui est déjà opérationnel a pour objectif de mettre les banques algérienne au diapason des banques étrangères», a-t-il précisé
Des bureaux de change pour les non-résidents
A une question sur l’ouverture des bureaux de change, il a tenu à apporter des clarifications, estimant qu’il y a une incompréhension à ce sujet. «Les bureaux de change sont destinés aux non-résidents qui viennent changer leurs devises contre le dinar algérien, et non pour les nationaux», a-t-il noté. Et d’ajouter : «Si on ouvre ces bureaux pour les nationaux, nos réserves de change seront taries en 24heures.». Dans ce sillage, il a indiqué que l’Etat a délivré environ 200 agréments pour l’ouverture d’un bureau de change dont 100 ont été annulés pour non rentabilité. «Mais il y a des bureaux de change dans les hôtels et les aéroports», a-t-il rappelé. Pour ce qui est de l’ouverture des représentations bancaires à l’étranger, Benabderrahmane a annoncé que ce dossier connaît une avancée de 90% et sera finalisé dans les prochains jours. Selon lui, la pandémie a freiné ce projet. «Nous allons ouvrir des bureaux de banque dans les pays africains et européens. Nous avons avancé dans ce dossier pour accompagner nos opérateurs économiques à l’étranger», a-t-il précisé. Le ministre a d’ailleurs invité les opérateurs économiques à participer à cette opération en créant un consortium pour trouver un modèle à adapter. Abordant la valeur du dinar, le ministre a rappelé que celle-ci est liée à la croissance économique. «Le développement des secteurs agricole, industriel et du tourisme consolident la monnaie nationale. Il faut aussi récupérer l’argent qui circule en dehors de la sphère bancaire», a-t-il souligné.  Et d’ajouter : «Nous devons rétablir la confiance entre le citoyen et la banque.»
M. Benkeddada