Université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou : Une quinzaine d’étudiants exclus

 

C’est, semble-t-il, la fin des problèmes d’insécurité et de pratiques malsaines au sein des campus et cités de l’Université Mouloud-Mammeri  de Tizi Ouzou (UMMTO). Le conseil de discipline et d’éthique de ladite université a décidé de sévir en prenant, mardi, de sévères sanctions à l’encontre d’une quinzaine d’étudiants. Ni plus ni moins, ces derniers ont été exclus. 

L’instante disciplinaire les accuse de «grave atteinte» à l’éthique, la morale  et la déontologie universitaires. Les étudiants sanctionnés sont issus de différentes facultés, notamment celles des sciences de l’agronomie, des sciences économiques et des lettres, apprend-on de sources concordantes. Aussi, et toujours selon ces sources, ces sanctions ont été prononcées après une enquête minutieuse menée au sein des campus. Enquête qui a révélé leur implication et leur culpabilité dans de nombreux méfaits notamment le trafic de drogue, la prostitution mais aussi la  violence verbale et physique dans l’espace universitaire.
Ces étudiants frappés d’une sévère sanction ont été reconnus «coupables de grave atteinte à l’éthique et la déontologie universitaires». C’est la première fois que de telles sanctions sont prises par ledit conseil, et ce, depuis l’ouverture de cette université en 1977. Des  sanctions, bien que jugées sévères, ont été saluées par de nombreux observateurs qui voient en elles un début de solution et surtout la réhabilitation de l’image altérée de l’UMMTO. Ayant la mainmise sur les campus,  les étudiants exclus ont de suite fait actionner leurs relais qui ont décidé  de la fermeture de tous les campus. Action attendue au passage par les responsables de l’Université qui sont déterminés à assainir le climat délétère qui prévaut depuis un moment dans l’enceinte de l’université.

Rachid Hammoutène