Marché de Bachdjarrah : Des gâteaux pour gâter les siens

Depuis quelques jours, les ménagères ont mis les bouchées doubles pour être au rendez-vous tant attendu des jeuneurs, l’Aïd El Fitr en l’occurrence, dont la célébration interviendra mercredi ou jeudi prochains.

Tradition oblige, mères, sœurs, épouses, filles frétillent comme des abeilles en pleine besogne, tant à la cuisine qu’au marché, en quête de tous les produits nécessaires à la préparation des gâteaux. Les bonnes femmes rencontrées, ce dimanche, au marché de Bachdjarrah, à Alger, où pullule une foule grouillante, semblent très motivées par la diversité des produits, cédés à des prix bon marché. Tout y est pour gâter les siens. Il faut dire que ce marché s’est forgé une réputation de «marché du pauvre», en raison des prix placardés, mais  les produits restent d’excellente qualité. A voir le nombre de personnes présentes, il n’est pas difficile de déduire que les ménagères n’ont pas encore commencé à préparer les gâteaux. Et elles ne lésinent pas sur les moyens. «Les gens aiment manger beau et sain», témoigne Akila, une femme au foyer qui admet qu’elle aime renouveler les saveurs. Devant un magasin de vente des produits de pâtisserie, une file interminable de femmes en quête du moindre nouveau produit et le moins cher. Habituées des lieux, elles connaissent, par cœur, les prix des fruits secs. Même si certaines commentent leur cherté, elles arrivent pourtant à les acheter en petites quantités. Néanmoins, la foule compacte qui s’entasse chaque jour que Dieu fait dans ce célèbre marché populaire semble peu soucieuse de la crise sanitaire qui chaque jour pourtant charrie son lot de morts et d’hospitalisés. Aucune mesure barrière n’est respectée, comme si marchands et client s’en sont donnés le mot.
Samira Sidhoum