Force doit rester à la loi

Qui eût cru un moment au détournement immoral et criminel du hirak aux mains d’un cabinet noir officiant illégitimement et illégalement en porte-parole indu ?  La dérive a vidé de son essence citoyenne, de son caractère démocratique et de sa vocation pacifique et patriotique, un mouvement livré à une faune d’opportunistes passés maîtres dans la récupération politicienne aux fins d’une déstabilisation désormais ouvertement assumée par ceux-là même qui appellent à une intervention étrangère. Il est tout aussi significatif que la mainmise de la secte prétendument démocratique et les tenants de l’extrémisme violent signe le viol du hirak citoyen menacé dans ses fondements par le déferlement de la haine et de la discorde aux antipodes des valeurs de fraternité, d’unité et du patriotisme.  Les faits attestent amplement de l’irruption de la violence de triste mémoire et de l’ingérence étrangère. La présence plus que douteuse des ressortissants marocains pris en flagrant délit d’infiltration des marches, l’arrestation d’un groupe de personnes financé par une représentation diplomatique européenne, les aveux des terroristes explicitant les projets d’attentats et les révélations des membres du Mak sur la préparation d’attentats dans plusieurs régions du pays dénotent du caractère subversif du néo hirak érigé en instrument de déstabilisation par les concepteurs de la guerre de 4e génération. Le temps de la légalité s’impose pour remettre sur rails le mouvement citoyen et préserver le droit aux manifestations  constitutionnellement garanti. Face à l’opacité totale qui entoure le déroulement pacifique, protégé par l’Etat, et à l’absence d’une représentation du hirak perverti dans sa dimension pacifique, l’urgence d’une réglementation  adéquate est une nécessité impérieuse pour conforter les libertés publiques soumises au désidérata des tenants de la manipulation politicienne. Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a voulu opportunément remettre de l’ordre, en appelant au respect de la légalité et des droits citoyens à la sécurité.

Horizons