Législatives 2021 : Place à la compétition électorale

Le délai pour l’examen des dossiers de candidature aux législatives du 12 juin a expiré, dimanche à minuit, laissant place à la compétition électorale dont le lancement officiel est prévu le 17 mai.

En effet, l’examen de ces dossiers se fait dans les 12 jours au plus tard, suivant la date de leur dépôt, ainsi la date butoir a été fixée au 9 mai prochain. Un total de 25.416 dossiers de candidature déposés auprès de l’Autorité  nationale indépendante des élections (Anie) dont 12.854des partis politiques et 12.562des indépendants, a été examiné par cette instance.
Selon les derniers chiffres communiqués par l’Anie, «le nombre total des listes de candidature a atteint 2.490 dont 1.237 listes de partis et 1.253 listes d’indépendants». Au moins 1.483 listes ont été déjà acceptées «sans réserve» pour prendre part aux élections législatives du 12 juin, dont 646 listes présentées par des partis politiques et 837 listes par des indépendants, a annoncé le  président de cette instance, Mohamed Charfi.  Toutefois, certaines candidatures figurant sur des listes ayant obtenu le feu vert de l’Anie pour participer à ce rendez-vous électoral, ont été  rejetées.
Il s’agit d’au moins 898 listes dont 462 listes sous l’égide de partis politiques et 436 listes d’indépendants, a précisé Charfi. En outre, pas moins de 297 listes ont été rejetées définitivement par l’Anie qui a fait état, dimanche dernier, du dépôt de 847 recours auprès des tribunaux administratifs, dont 450 déposés par des partis politiques et 397 par des candidats indépendants. La loi organique portant régime électoral laisse aux candidats la possibilité de déposer un recours devant le tribunal administratif  territorialement compétent dans un délai de trois jours francs, à  compter de la date de notification du rejet. Le rejet des candidatures dans les circonscriptions électorales à l’étranger peut faire l’objet d’un recours auprès du tribunal administratif d’Alger dans un délai de 4 jours francs,  à partir de la date de sa notification.
Le tribunal administratif territorialement compétent est appelé, ainsi, à statuer dans un délai de 4 jours francs, à compter de la date  d’introduction du recours. Le jugement du tribunal administratif est susceptible d’appel dans un  délai de 3 jours francs devant le tribunal administratif d’appel  territorialement compétent, à compter de la date de notification du jugement, prévoit la loi. Le tribunal administratif d’appel statue dans un délai de 4 jours  francs, à compter de la date d’introduction du recours. Toutefois, l’arrêt du tribunal administratif d’appel n’est susceptible d’aucune voie de recours, stipule la loi électorale.