24 morts et 500 blessés : Les Palestiniens agressés et endeuillés à la veille de l’Aïd

L’escalade de la violence s’est amplifiée en Palestine à la veille de la fête de l’Aïd El-Fitr. Les Palestiniens sont agressés et endeuillés par les forces d’occupation israéliennes dans ces derniers jours du mois sacré du Ramadhan.
Vingt quatre (24) Palestiniens ont été tués dans les bombardements israéliens contre la Bande de Ghaza, a déclaré mardi le ministère de la Santé à Ghaza. Dans un bref communiqué, le ministère a déclaré que neuf enfants figurent parmi les victimes, dont une fille de 10 ans, tandis que 103 autres personnes ont été blessées dans ces attaques, en riposte aux dizaines de roquettes tirées depuis l’enclave palestinienne, après de nouveaux affrontements ayant fait plus de 500 blessés à Al-Qods occupée.  L’ambassade de Palestine en Algérie a affirmé, lundi, que ce qui se passe à Al Qods « est une nouvelle forme d’agression par consensus national sioniste », plaidant pour le soutien de la lutte palestinienne et la mise à nu des plan de l’occupation israélienne. L’agression de l’occupation israélienne « est une nouvelle forme d’agression découlant d’un esprit de nettoyage ethnique et par consensus national sioniste dans le cadre de la mise en œuvre des plans du mouvements sionistes en partenariat avec les nouveaux évangéliques afin de détruire la mosquée d’Al Aqsa », a fait savoir l’ambassade de Palestine dans un communiqué. Et d’ajouter que l’entité sioniste cherche à « construire le temple en chassant les arabes et les exterminant, outre la mise en œuvre de la politique de l’apartheid ». L’ambassade de Palestine a estimé que « ces procédures sionistes font partie des plans visant les Arabe en Palestine, à Al Qods et à Sheikh Jarrah et à Bab el Amoud (porte de Damas) », affirmant qu' »en dépit de sa force armée, du terrorisme organisé de l’Etat, de la politique d’Apartheid et de la ségrégation raciale (…) l’occupation sioniste et son administration raciste n’arrivera pas à vaincre notre peuple palestinien notamment à Al Qods et à la mosquée d’Al Aqsa ».
L’ambassade a appelé « tout un chacun à s’unir en tant qu’un seul peuple palestinien, participer à la lutte national sacrée et soutenir la résistance du peuple palestinien en tout lieu, notamment à Al Qods ». Elle a appelé, en outre, tous les pays arabes « à soutenir la lutte du peuple palestinien et à mettre à nu les plan de l’entité sioniste dans la bataille d’Al Qods ».
Le Conseil de la nation condamne
Le Conseil de la Nation a condamné, lundi par la voix de sa représentante à la réunion du Comité relatives aux questions du Moyen-Orient de l’Union interparlementaire (UIP), « les brutalités à caractères raciste et extrémiste de l’entité sioniste contre les civils palestiniens à Al Qods occupée », indique un communiqué du Conseil. « L’Algérie condamne avec force et dans les termes les plus sévères toutes les brutalités à caractères raciste et extrémiste de l’entité sioniste contre les civils palestiniens à Al Qods occupée et leur privant de leur droit de   pratiquer leurs cultes religieux à la mosquée Al-Aqsa, en violation flagrante du droit international et  transgression totale des résolutions de la légalité internationale pertinentes », a affirmé la sénatrice et membre du Comité relatives aux questions du Moyen-Orient, Mme Fouzia Benbadis. L’Algérie, a-t-elle ajouté, « qui ne peut occulter la poursuite de la tragédie infligée au peuple palestinien, fustige l’impunité de l’occupant et dénonce toute tentative d’annexion d’autres terres palestiniennes ou de changement de statut de la ville d’Al Qods ». Soulignant que « nul n’ignore que la région du Moyen-Orient est confrontée, toujours, à des défis multiples et des menaces complexes », Mme Benbadis a déclaré que « la stabilité de la région repose essentiellement sur le règlement équitable et juste de la cause palestinienne ». L’ordre du jour de la réunion du Comité relatives aux questions du Moyen-Orient, tenue en marge des travaux de la 142e session de l’UIP en visioconférence, porte sur l’examen des clauses relatives aux Accords de paix dans la région, la situation en Palestine et l’évaluation du travail du Comité, conclut la même source.