Santé : Benziane reçoit les représentants du Syndicat algérien des paramédicaux 

 Une rencontre a réuni lundi le ministre de la  santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, et les membres du bureau national du Syndicat algérien des paramédicaux (SAP), dans le cadre de la mise en œuvre de l’instruction du Président de la République relatives au renforcement du dialogue et de la concertation avec les partenaires sociaux, indique mardi un communiqué du ministère. 

L’audience qui s’est déroulée dans un climat de « confiance et de sérénité », et à laquelle ont pris part des cadres supérieurs de l’administration centrale, « a été une opportunité pour le ministre de la santé de réaffirmer encore une fois l’engagement du gouvernement à consolider les acquis du secteur et à le renforcer dans tous les domaines », précise le communiqué.
Plusieurs questions ont été soulevées lors de cette rencontre, portant sur « l’organisation des examens et concours relatifs à la promotion dans les grades, la révision du statut des paramédicaux et la nécessité de l’adapter aux exigences actuelles et de l’harmoniser avec la situation en cours, le pouvoir d’achat et les aspirations des paramédicaux à voir les conditions socioprofessionnelles s’améliorer », note la même source. Les questions liées à « la qualification des paramédicaux, à travers un plan de formation, le régime indemnitaire », ont été également abordées par les deux parties, tout en considérant « la difficile conjoncture actuelle, notamment par le bénéfice d’indemnités telles que la prime de qualification, de documentation etc ».
Pour ce qui est de l’ouverture d’un grade supplémentaire pour le corps des aides-soignants, qui ne disposent que de deux (2) grades, et connaissant l’importance de cette catégorie paramédicale, M. Benbouzid a demandé au SAP de « présenter le dossier au ministère avec un argumentaire », indique le communiqué. Le ministre a mis en exergue, à cette occasion, la place qu’occupent les professionnels de la santé, « leurs sacrifices et leur abnégation ont été l’objet d’éloges et de considération de la part des plus hautes autorités du pays et à leur tête le Président de la République ».
De leur côté, les membres du SAP ont souligné que le secteur de la santé « nécessite une refonte visant les aspects économiques, sociologiques, épidémiologiques, et démographiques ». Ils ont, par ailleurs, évoqué la question de l’exercice de l’activité libérale par « les paramédicaux qui aspirent à une activité lucrative +infirmier libéral+ d’une manière organisée et réglementée, dans le cadre des lois et règlements », réitérant, à ce titre, leur disposition à reformuler ses propositions et les études menées dans ce sens.  Il est rappelé, dans le communiqué, que la direction générale des services de santé et de la réforme hospitalière avait été déjà instruite par le ministre à l’effet d' »examiner cette question en profondeur et de préparer un dossier ».
Pour asseoir « la crédibilité du service public de santé, son efficacité et son efficience », les membres du SAP considèrent que « l’heure est venue d’explorer d’autres sources de financement », et « cela à travers les relations contractuelles, la mutualité +assurance santé+ », ajoute la même source.
Par ailleurs, Pr. Benbouzid a informé le syndicat que le Secrétaire d’Etat chargé de la réforme hospitalière,  Ismaïl Mesbah a « finalisé » un dossier qui a même été présenté en Conseil du gouvernement et des ministres, après des « consultations préliminaires inclusives avec les partenaires du monde universitaire, associatif, syndical et autres, en perspective d’assises régionales et nationales », conclut le communiqué.