Gaspillage du pain : La qualité et le prix pointés du doigt

Le pain blanc est un aliment principal dans notre régime alimentaire. Nombreux sont les Algériens  qui en mangent matin, midi et soir.

Toutefois, des voix se sont élevées, depuis plusieurs années,  pour dénoncer le gaspillage constaté de ce produit notamment pendant le mois de Ramadhan. Une perte sèche pour le Trésor public, sachant que le blé tendre importé à coup de millions de dollars, est subventionné par l’Etat. Le ministère du commerce avait estimé les pertes engendrées par le gaspillage à 350 millions de dollars annuellement. 50 millions de baguettes sont fabriquées par jour dont 10 millions finissent dans les décharges publiques ou comme aliment de bétail, selon la même source, qui souligne que l’Algérie importe 7 millions de tonnes de blé tendre d’une valeur de 1,6 milliard de dollars. Les chiffres étant éloquents, il reste à trouver les solutions idoines pour y remédier et corriger la donne.
Dans ce sens, le vice-président de la Fédération algérienne des consommateurs (FAC), Mohamed Toumi, a rappelé que son organisation avait saisi les hautes autorités du pays, en 2013, à ce sujet en soumettant des recommandations. «A ce jour, la situation n’a connu aucune amélioration et des démarches n’ont pas été entreprises. Du pain jeté à même le sol fait toujours partie du décor urbain. Dans notre rapport, nous avons insisté sur l’ouverture d’une école de formation en fabrication de pain. Aussi, une révision du prix de la baguette. En parallèle, les boulangers se doivent d’améliorer la qualité et de respecter les normes de fabrication de pain», a soutenu Toumi, notant qu’il ne s’agit plus de dénoncer mais de solutionner le problème.
De son côté, le président de la Fédération nationale des boulangers, Youcef Kalafat, a mis en exergue le prix bas de la baguette, ce qui engendre une surconsommation. «Le prix de la baguette de 10 DA n’encourage pas le consommateur à la rationalisation de ce produit. La responsabilité incombe également à la qualité du pain. De fait, une remise en cause de notre régime alimentaire est de rigueur», a-t-il soutenu.
Dans ce sillage, Toumi a mis en garde contre les dangers que représente le pain blanc sur la santé. «Des études menées par des scientifiques à l’étranger font ressortir que la farine blanche à base de la fabrication du pain cause le cancer du côlon et est faible en nutriments. Des nutritionnistes par conséquent recommandent la consommation de pain complet fabriqué à base d’orge, de son», a relevé notre interlocuteur.
Selon le vice-président de la FAC, l’Algérie produit des quantités importantes de blé dur. «Il faut changer nos habitudes alimentaires en introduisant le pain complet ou semi-complet. Le blé dur entre justement dans la fabrication de ces produits et fera baisser la facture d’importation de blé tendre. Il suffit de mener une large campagne et sensibiliser les consommateurs», a-t-il suggéré.
Karima Dehiles