Djaballah : «Protéger les composantes de la Oumma et engager une réforme politique globale»

Le Front de la Justice et du Développement (FJD) sera, lors des prochaines législatives, en lice dans 51 circonscriptions  électorales, dont deux à l’étranger, a indiqué, ce samedi, à Alger, son président Abdellah Djaballah.

Lors d’une rencontre nationale avec les candidats de sa formation politique, Djaballah a fait savoir que «le FJD participera aux prochaines législatives au niveau de 51 circonscriptions, dont deux à  l’étranger». Dans le cadre de ses orientations aux candidats du partis, le président du  FJD a focalisé sur «l’impératif de gagner la confiance du citoyen et d’œuvrer à la représentation réelle du peuple, à la connaissance de ses problèmes et à la transmission de ses préoccupations afin de parvenir, autant que possible, à la concrétisation de ses ambitions légitimes».
A ce propos, il a mis en avant l’importance de «s’acquitter des missions parlementaires en conformité avec les fondamentaux du parti», notamment en ce qui concerne «le contrôle de l’action du gouvernement, le débat des projets proposés et le recours au principe de la Choura pour la prise de décision relative au vote des projets de loi».
Affirmant que le FJD œuvrait pour le changement à travers l’action politique officielle et publique, Djaballah a mis en avant l’ambition d’accéder au pouvoir par la voie des urnes et la confiance du citoyen, afin de mettre en œuvre les principes du parti visant à «protéger les composantes de la Oumma et engager une réforme politique globale». S’agissant de la composante des candidats de sa formation politique, le président du FJD a fait savoir que «65% sont des jeunes et plus de 80% ont un niveau universitaire».
Au volet international, Djaballah a réaffirmé le principe de soutien au peuple palestinien frère, qualifiant ce soutien de «devoir sacré, partant du principe que la cause palestinienne est, d’abord, une question islamique et arabe».