Amine Makboul, ambassadeur de Palestine en Algérie à Horizons : «L’entité sioniste veut exterminer tous les Arabes»

Dans cet entretien, l’ambassadeur de l’Etat de Palestine en Algérie, Amine Makboul, a indiqué que la situation en Palestine connaît une nouvelle forme d’agression par consensus national sioniste. Le diplomate plaide pour le soutien de la résistance et la mise à nu des plans de l’occupation.

 

Comment qualifiez-vous cette énième agression sioniste contre Ghaza et les territoires occupés ?
L’agression de l’occupation israélienne est une nouvelle forme d’agression émanant d’une asepsie ethnique et par consensus national sioniste, dans le cadre de la mise en œuvre des plans du mouvement sioniste visant à anéantir la mosquée d’El Aqsa. L’entité sioniste ambitionne d’exterminer tous les Arabes en exerçant la politique de l’apartheid et de racisme chronique. Ces procédures honteuses font partie des plans visant les Arabe en Palestine, à El Qods occupée, à Sheikh Jarrah et à Bab El Amoud. Malgré sa force armée, l’entité sioniste ne vaincra pas la détermination du peuple palestinien.
L’Algérie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum, appelle à placer la question palestinienne en tête des priorités internationale…
Le peuple, le gouvernement et le Président algériens ont de tout temps soutenu, voire épousé, notre cause. Il s’agit d’une position immuable et constante de l’Algérie réaffirmée à plusieurs reprises le président de la République Abdelmadjid Tebboune. J’appelle tous les pays arabes à soutenir la lutte du peuple palestinien et à mettre à nu les plans de l’entité sioniste dans la bataille d’El Qods occupée.
Le président turc a qualifié Israël d’Etat terroriste cruel qui attaque de manière sauvage les musulmans à El Qods occupée qui n’ont d’autres soucis que de protéger leurs foyers et leur pays millénaire ainsi que leurs valeurs sacrées. Pensez-vous que cela est suffisant ?
A vrai dire, ce n’est pas suffisant de faire uniquement des déclarations et des condamnations sans suite. Nous avons depuis toujours écouté ce genre de déclarations des pays arabes et musulmans qui ne mènent nulle part. Jusqu’à l’heure actuelle, on n’a pas de position ferme et claire. L’idéal est de rompre carrément les relations avec Israël et exercer la pression sur le pays de l’Oncle Sam, notamment pour son soutien aveugle et permanent à l’entité sioniste, etc. C’est par exemple ce genre de décisions qui peuvent mettre fin à l’occupation israélienne.
 
Les autorités égyptiennes ont officiellement ouvert le point de passage de Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza…
C’est un pas positif du gouvernement égyptien et même de la population, la presse, la société civile et le mouvement associatif. C’est un bon développement de la politique égyptienne.
Des Jordaniens ont manifesté leur soutien en bravant la frontièrede la Cisjordanie occupée…
Nous ne sommes pas surpris par un élan de solidarité. Le peuple jordanien a toujours été à nos côtés. Il est d’ailleurs connu pour ses fidèles et immuables positions. Nous sommes unis comme un seul homme. La preuve, la Jordanie connaît constamment des pressions et des menaces. Je salue, à cet effet, le dévouement du peuple jordanien, sachant que la moitié des Jordaniens sont originaires de Palestine.
Comment voyez-vous l’évolution de la situation que ça soit à Ghaza ou dans les territoires occupés ?
Sans ambages ni détour, la situation sécuritaire dans notre pays dépend essentiellement de la position américaine qui soutient toujours et défend aveuglément l’entité sioniste.
Entretien réalisé par Samira Sidhoum