Cyclisme : Des stages en Espagne et en Turquie pour l’EN

A trois mois des Jeux olympiques de Tokyo, l’équipe nationale de cyclisme continue de préparer l’événement avec un riche programme.

Néanmoins, son application dépendra du maintien des compétitions, vu la situation sanitaire due au coronavirus. Du 15 juin jusqu’à la fin du même mois, les athlètes concernés par les Olympiades seront en stage en Espagne, avant de s’envoler vers la Turquie pour le dernier stage précompétitif du 1er juillet jusqu’au jour du départ vers Tokyo. Selon le directeur technique national, Reda Kahlal, ces deux étapes préparatoires seront d’une grande importance pour nos cyclistes. «J’espère que les tours prévus entre juin et juillet dans ces deux pays seront maintenus. Vu le peu de compétitions programmées en Europe, nous aurons l’occasion de concurrencer avec des équipes professionnelles. Cela va permettre à nos coureurs de progresser et de se frotter à des concurrents de haut niveau. Le circuit des Olympiades sera très difficile avec beaucoup de côtes. Pour terminer la course, l’athlète doit avoir parcouru un nombre important de kilomètres durant le cycle olympique», a-t-il souligné. Interrogé sur les noms des coureurs qui représenteront la petite reine algérienne, le responsable de la cheville ouvrière de la Fédération a indiqué que la liste est définie à 90%. «Nous allons communiquer cette semaine quatre noms. Avec les imprévus d’ordre sanitaire, dont les blessures, nous devons prendre nos précautions. Comme je l’ai déclaré à maintes reprises, le circuit des joutes olympiques demande beaucoup d’expérience pour bien gérer sa course. Donc, nous devons donner la priorité à des athlètes chevronnés. «Concernant la participation de l’équipe nationale durant le tour international du Rwanda qui s’est déroulé à Kigali du 2 au 9 du mois en cours, Kahlal a dressé un bilan positif. «J’ai été agréablement surpris par le niveau très élevé de la compétition avec la présence de plusieurs pays venus avec leur armada professionnelle. Ce safari a été bénéfique à plus d’un titre pour notre élite, notamment par rapport au parcours qui était difficile. Ce genre d’échéances nous permet toujours d’avancer en matière de préparation physique et technique, dont l’endurance et la maîtrise de la stratégie d’une course», a-t-il expliqué. En matière d’évaluation individuelle, notre interlocuteur a été élogieux envers Azzedine Laagab. «Il a une fois de plus prouver qu’il reste un des meilleurs cyclistes de sa génération. Je lui souhaite de rester sur la lancée jusqu’à la course olympique», a-t-il noté.
Mohamed Allab, une grosse perte pour la petite reine 
Le cyclisme algérien est en deuil suite au décès de l’entraîneur national Mohamed Allab atteint par la Covid-19. Un technicien avéré que le sport à vélo a perdu selon Kahlal. «Le regretté a donné sa vie pour le vélo depuis qu’il était athlète jusqu’à sa reconversion en coach. Je retiens de lui son amour fou pour la petite reine. Il donnait tout pour promouvoir notre sport, notamment dans le cadre du projet du lycée sportif de Blida. Son abnégation a permis l’éclosion de plusieurs champions comme Cheblaoui et Bengayou. De ma part, je présente toutes mes condoléances à sa famille», a-t-il témoigné. La mort d’Allab a rouvert le débat sur la prévention contre le coronavirus. Selon Kahlal, les gestes barrières et les mesures recommandées dans le protocole sanitaire sont respectés. «C’est compliqué de rester tout le temps vigilant par rapport à une éventuelle contamination. Au niveau de la Fédération, une nouvelle campagne de sensibilisation sera lancée. Après avoir perdu Allab, nous ne voulons plus avoir d’autres victimes dans notre sport», a-t-il souligné.
Adel K.