Campagne électorale : Les sites électroniques, des supports de plus en plus prisés

L’intérêt pour l’échéance du 12 juin prochain est manifeste chez la presse électronique. Spécialistes et responsables de ces sites sont formels. Les plateformes numériques sont les  supports les plus prisés. L’information y est, proclament-ils, «gratuite» et surtout «digeste».

Samir Ardjoune, maître de conférences à l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information, spécialiste en numérisation des médias, fait remarquer que «le  flux d’information en temps d’élections est important, mais plus sur les sites électroniques et les plateformes numériques». «Auparavant, les candidats recouraient et comptaient sur les médias lourds. Aujourd’hui, le grand challenge pour les candidats et même pour les autorités est de mieux investir les plateformes numériques et les réseaux sociaux», ajoute-t-il. «Une stratégie de communication sur les sites web ou les pages facebook ou instagram se met en place. Il y a un travail important dans ce sens», fait-il savoir.
S’agissant des  modalités de traitement de l’information, Ardjoune estime qu’«il existe une dizaine de sites professionnels et crédibles, en dehors des électroniques de la presse écrite. Ils font un travail de proximité, vérifient leur source et donnent la parole à tout le monde. Par contre, beaucoup sont dans la propagande et font enfler la rumeur, étant plus partisans, au détriment de l’éthique et de la déontologie», assène-t-il.
Pour notre interlocuteur, «ces sites électroniques sont des médias à part entière puisque la majorité de leurs propriétaires sont détenteurs d’une carte professionnelle».
Il a, enfin, rappelé que la psychologie de l’Algérien a changé dans le sillage de la gratuité de l’information devenue la marque de la presse électronique.
Pour les responsables de sites, l’heure est à la mobilisation. Alaâ Eddine Magoura, responsable du site Khabar Presse, souligne que la presse électronique a franchi un pas qualitatif depuis le mois sacré après avoir réussi à obtenir des agréments auprès de la tutelle. Selon lui, «même le  gouvernement mise sur les sites électroniques  qui ont contribué à la réussite des précédents rendez-vous électoraux».
 «Les sites électroniques ont pour rôle de faire face aux guerres numériques en plus de leur apport dans le traitement de l’information», souligne le journaliste.
Riadh Boukhedcha, candidat libre et responsable du site ANA News, président du Conseil national des journalistes algériens, a rappelé que la presse électronique doit se soumettre aux règles d’organisation de  la campagne électorale. «Son influence est considérable, et la loi doit être appliquée aux journalistes qui font dans la propagande ou recourent à la diffamation et à  l’insulte contre un candidat», indique-t-il.
Karima Alloun