Boukadoum pour « une solution durable à la question palestinienne »

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a appelé ce jeudi le Secrétaire Général des Nations Unies à inscrire le règlement du conflit palestinien au top de ses priorités, exhortant à s’impliquer personnellement dans les efforts visant à mettre fin au carnage que vit actuellement le peuple palestinien.

M.Boukadoum a saisi l’occasion de sa participation à la réunion des MAE arabes à New York, et à laquelle a pris part le SG de l’ONU, pour appeler Antonio Guterres, à « s’impliquer personnellement dans les efforts visant à mettre fin au carnage que vit actuellement le peuple palestinien », indique un communiqué du ministère.
Il a rappelé que cet épisode de violence a commencé avec la répression des habitants d’El Qods durant le mois de Ramadan et les menaces d’éviction des habitants des quartiers de Cheikh Jerrah et de Silwan de leurs maisons en violation des différentes résolutions des Nations Unies, ajoute la même source.
« Fournir une assistance humanitaire d’urgence aux habitants de Ghaza »
Le chef de la diplomatie algérienne, qui assure la présidence du Groupe arabe à l’ONU pour le mois de mai a souligné que « la réalité est connue par tout le monde et qu’il est inutile de chercher des excuses pour justifier l’action de la puissance occupante ». Il a relevé que « toute la communauté internationale a failli à son devoir de protéger le peuple palestinien qui se trouve dans une situation précaire et vulnérable face à une machine de guerre aveugle », ajoute le communiqué.
A cet égard, il a exhorté le SG de l’ONU à lancer « un appel à la communauté internationale à fournir une assistance humanitaire d’urgence aux habitants de la Bande de Ghaza par le biais des différentes agences des Nations Unies ». M. Boukadoum a également plaidé en faveur d' »une solution durable à la question palestinienne qui permettra au peuple palestinien d’exercer ses droits inaliénables à un Etat indépendant dans les frontières de 1967 avec Al Qods Echarif comme capitale ».