Liste El Amel : La croissance économique au cœur du programme

La liste indépendante El Amel, un groupe de jeunes d’avocats, journalistes, universitaire, s’est engagé dans la bataille électorale à l’occasion des législatives du 12 juin prochain dans la capitale. Investi  dans la vie sociale, économique et médiatique, le journaliste à la Chaîne I de la Radio nationale, Mohamed Bensoltane, a une panoplie de projets pour un renouvellement de l’action parlementaire.

Les candidats de la liste El Amel ont insisté sur trois principes qui résument leur programme de campagne et définissent la base de leur travail à l’APN une fois élus. «De prime abord, nous misons sur la croissance économique qui traînera assurément un développement social. Pour ce faire, les PME, les métiers d’artisan et de commerçant seront encouragés pour absorber le chômage endémique dont souffrent les jeunes», a soutenu le journaliste. Dans cette perspective, le candidat aux législatives a mis l’accent sur  l’établissement de politiques publiques qui œuvreront à impulser une croissance économique viable et durable et la poursuite des efforts relatifs à la numérisation tous azimuts.
Dans un autre volet, il expose sa vision par rapport au système de retraite, qu’il qualifie d’«injuste». «Il n’est pas normal que des travailleurs, tous secteurs confondus, après plus de 30 ans de service, perçoivent une retraite dérisoire au moment où des haut responsable de l’Etat, installés par décret présidentiel, qui ont fait moins de 5 ans, reçoivent une coquette somme comme indemnités, en plus d’une pension de retraite plus que confortable. J’estime que c’est une injustice qu’il faut corriger», a estimé notre interlocuteur. «Si nous sommes élus, nous réfléchirons à ce point qui concerne tous les citoyens et les familles. Nous allons initier des lois ou des mécanismes pour mettre fin aux privilèges de certains hauts cadres de l’Etat, notamment les députés», a-t-il soutenu.
Par ailleurs, le candidat a fait savoir que des départements ministériels n’ont pas lieu d’être. «Afin de réduire le budget de fonctionnement de l’Etat, les ministères de la Solidarité nationale et des Moudjahidine seront supprimés. Je pense que les enveloppes allouées à ces ministères peuvent être investis dans les activités des associations qui font un travail colossal en faveur des familles démunies et des personnes vulnérables. Pour le département des Moudjahidine, une direction peut s’occuper des pensions, sachant que la plupart des acteurs de la Révolution du 1er Novembre ne sont plus de ce monde», a-t-il reconnu. Evoquant sa campagne, il a indiqué que trois meetings sont programmés à Chéraga, Bordj El Bahri et Aïn Naâdja. «Nous comptons surtout sur les rencontres de proximité avec les différentes corporations. Nous aurons un rendez-vous avec les commerçants, les artisans… pour les écouter et connaître leurs réelles préoccupations», a fait savoir Bensoltane.
Karima Dehiles