Tous concernés

Tous concernés

Le syndrome de l’été plus que jamais caniculaire fait surgir la menace de la destruction du patrimoine forestier. Aux effets de la désertification et du réchauffement climatique, s’ajoutent la main criminelle des pyromanes, des commerçants du bois sans scrupule et des cercles hostiles affairés à la déstabilisation par tous les moyens. Les scènes épouvantables vécues en 2020 ne laissent aucun doute sur le caractère criminel des incendies déclenchés volontairement et simultanément dans 8 Wilayas, avant de s’étendre aux 39 wilayas affectées par ce phénomène décidément récurrent. L’interpellation de 71 personnes et, fait inédit, le déclenchement au mois de février de feux de forêt, sont révélateurs des actes prémédités des personnes mal intentionnées. La perte de près de 44.000 hectares de la superficie forestière, sur 4,1 millions d’hectares, soit un taux de boisement de 1,76%, a des conséquences désastreuses non seulement sur l’écosystème et la biodiversité, mais également sur la sécurité des populations habitant à proximité des forêts et la préservation des activités agricoles (arboriculture, apiculture et élevage). Face aux risques de déforestation, de destruction du tissu végétal, de l’aridité et du tarissement des ressources en eau, une campagne de prévention pour l’été  2021 a été déclenchée pour combattre ce fléau dévastateur. Lors de la réunion de la commission de protection des forêts (CNPF), le ministre de l’Agriculture et du développement rural a présenté une feuille de route essentiellement centrée sur la mobilisation des moyens humains, matériels et logistiques. Outre l’acquisition des avions bombardiers d’eau, le programme de lutte contre la propagation des feux de forêt cible 44 wilayas pour lesquelles un système  d’urgence, intégrant des tours de contrôle et des équipes d’intervention rapide, est mis en place. Mais la vigilance citoyenne et, plus particulièrement des familles habitant à proximité, doit accompagner l’effort colossal de l’Etat engagé dans la bataille de reboisement qui conditionne le développement rural intégré et la préservation du patrimoine forestier. Sous le thème évocateur de «Un arbre pour chaque citoyen», le lancement du programme national prévoit, à l’horizon 2022, la plantation de 43 millions d’arbres dont près de 27 millions ont été déjà réalisés. Il s’agit d’une responsabilité commune qui interpelle les pouvoirs publics, les acteurs concernés et les citoyens interpellés pour le droit à la sécurité et au développement.

Horizons