Un ancien international marocain soutient Zetchi

Un ancien cadre de la sélection marocaine de football, Abdeslam Ouaddou en l’occurrence, soutient ouvertement le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Khireddine Zetchi, qui vient d’être réhabilité par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne après le recours qu’il a introduit suite à l’invalidation de son dossier de candidature pour le Conseil de la FIFA dont l’élection est prévue le 12 mars 2021 à Rabat.

Ouaddou soutient Zetchi aux dépens de son compatriote Fouzi Lekjaa, candidat, lui aussi, pour un poste au Comité Exécutif de la FIFA. « The right man at the right place. Un homme capable de booster le football africain par son intégrité, son honnêteté, son humilité, ses Valeurs de travail et surtout la connaissance de l’écosystème du football. Mon soutien indéfectible à M. Zetchi, Président de la FAF », a posté sur Twitter Abdeslam Ouaddou, qui avait rencontré le président de la FAF, lors du stage de la sélection algérienne en Autriche, en octobre dernier. Ouaddou a été autorisé par Zetchi à rejoindre le staff des Verts en Autriche dans le cadre de la préparation de sa Licence UEFA Pro. Entraîneur au centre  de l’AS Nancy-Lorraine, Ouaddou est un grand ami du sélectionneur national, Djamel Belmadi. Les deux hommes ont joué ensemble à Valenciennes et ils se sont retrouvés au club qatari de Lekhwiya, Ouaddou comme joueur et Belmadi comme entraîneur.
Zetchi y croit malgré tout
Même si sa campagne électorale a été interrompue et perturbée, Zetchi croit encore en ses chances pour les prochaines élections de la CAF, surtout que le président de la FIFA, Gianni Infantino, l’a encouragé à se porter candidat, et il veut du sang neuf à la CAF.  «Dieu merci, mon recours déposé au niveau du TAS a été accepté et je suis de nouveau candidat pour un siège au Conseil de la Fifa. Je regrette le temps perdu depuis le refus de mon dossier, qui aurait pu me permettre de réaliser un grand travail pour promouvoir ma candidature. Maintenant, je vais reprendre ma campagne, quitte à travailler 24/24 heures pour mettre tous les atouts de mon côté en vue de ces élections. Je vais reprendre contact avec les présidents de fédérations au cours de la semaine, je reste confiant même si la mission s’annonce d’ores et déjà difficile », dira le patron de la FAF sur les ondes de la radio algérienne.
Augustin Senghor et Jacques Anouma se retirent
Les choses se précipitent à l’approche de l’élection à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF). Deux candidats et non des moindres se sont retirés de la course, à savoir le Sénégalais Augustin Senghor et l’Ivoirien Jacques Anouma. Le Mauritanien Ahmed Yahya pourrait faire de même pour ouvrir la voie au milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, grand favori pour succéder au Malgache Ahmad Ahmad, toujours dans l’attente du verdict du TAS sur son pourvoi contre sa suspension par la FIFA. On laisse entendre que le patron du football mondial, Infantino, aurait trouvé un compris entre les quatre candidats en lice pour la présidence de la CAF. Le Sud-africain Patrice Motsepe va prendre le poste de président, le Sénégalais AugustinSenghor celui de 1er vice-président et le Mauritanien Ahmed Yahya celui de 2e vice-président, alors que l’Ivoirien Jacques Anouma sera nommé Conseiller spécial du président.
R. S.