PLJ : Contrecarrer les partisans de l’ancien régime

Pour Djamel Benziadi, président par intérim du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), la future APN est une étape primordiale dans l’édification de l’Algérie nouvelle.

«Pour y parvenir, il faut au préalable que les citoyens se rendent massivement aux urnes et que la loi régissant les élections soient appliquée avec rigueur», conditionne-t-il, lors d’un meeting électoral tenu ce samedi à la salle de la bibliothèque de Tipasa. « Nous avions collecté 46.000 signatures. 38.000 ont été validés. L’une des raisons du rejet de bon nombre de formulaires est liée à des citoyens ayant signés pour plusieurs listes», souligne-t-il. Et de poursuivre: «la loi électorale qui condamne ce genre de pratique doit être appliquée à la lettre». L’application stricte de la loi est pour le président du PLJ une condition axiale pour dissuader toutes volontés désireuses d’entacher la transparence des législatives. Le peuple n’est pas dupe. En se rendant massivement aux bureaux de vote, il coupera l’herbe sous le pied des résidus de l’ancien système», fait-il remarquer. La désaffection sera, à l’en croire, une opportunité pour ceux qui pratiquent le mensonge et privilégient leurs intérêts personnels. «Certes le nouvel État auquel aspire les citoyens ne peut se construire du jour au lendemain. Toutefois, si la composante du nouvel hémicycle sera constituée de compétences et d’élus qui placent l’intérêt national au-dessus de toute autre considération, le sentier sera plus facile, car c’est à eux que revient la lourde mission de débattre et de voter les lois sous-tendant le changement», note-t-il. Djamel Benziadi a rappelé que le PLJ a prôné le changement par les actes depuis sa création en 2009 et que l’unique option pour y parvenir passe par les urnes. «On ne peut construire l’Algérie sans un consensus régi par des mécanismes démocratiques. Les expériences passées démontrent que l’unilatéralisme et les dérives tyranniques sont le corollaire de la politique de l’exclusion», tient-il à dire.
A. L.