Mohamed Yousfi, responsable du service infectiologie à l’hôpital de Boufarik : «Le confinement de 5 jours est impératif»

Depuis l’annonce de l’ouverture partielle des frontières et les mesures du protocole sanitaire imposées, dont l’isolement de cinq jours pour toute personne en provenance de l’étranger, les citoyens ont exprimé leur réaction à travers les réseaux sociaux.

Selon Mohamed Yousfi, responsable du service infectiologie à l’hôpital de Boufarik et membre de la commission scientifique chargée du suivi de l’évolution de la pandémie, «le confinement ou l’isolement de cinq jours pour toute personne en provenance de l’étranger est impératif». Selon lui, cette mesure n’est pas fortuite, mais a été longuement réfléchie par la commission scientifique avant qu’elle ne soit annoncée. Il explique que la situation sanitaire impose ce confinement, comme cela s’est passé dans plusieurs pays. «Avoir un PCR de 36heures avec un résultat négatif, avant l’entrée en Algérie, cela ne veut pas dire que la personne ne peut pas développer le virus durant cette durée de temps. Le test peut être négatif au moment où la personne fait la PCR, mais il peut être positif à son arrivée en Algérie. C’est pour cette raison qu’on a imposé le confinement de cinq jours avec une autre PCR après cette durée», explique le Dr Yousfi.
Il précise que devant les variants de la Covid-19 et une campagne de vaccination timide, la commission scientifique n’a pas d’autre choix que d’imposer le confinement de cinq jours pour les personnes provenant de l’étranger. Pour lui, «cette mesure a pour objectif de protéger la population algérienne de la propagation rapide des variants. Il donne l’exemple du confinement de 14 jours, imposé l’année dernière aux personnes venues de l’étranger, dont la prise en charge a été assurée par l’Etat. Il explique à ce sujet que la situation épidémiologique par rapport à l’année dernière n’est plus du tout la même. Pour lui, «l’apparition des variants a compliqué la situation, même pour les pays les plus développés». «Il faut avoir un esprit de solidarité», note le Dr Yousfi avant de donner l’exemple du Canada, un pays qui a imposé aux personnes provenant de l’étranger un confinement de 14 jours avec un payement, au préalable, de 1.400 dollars. Pour le Dr Yousfi, il y a possibilité d’effectuer le confinement à domicile, mais cette mesure ne peut malheureusement être applicable en Algérie. «Non seulement l’expérience de 15 mois de pandémie nous a montré que, malheureusement, nous les Algériens, nous ne respectons pas le protocole sanitaire, mais, surtout, l’Etat n’a pas les moyens de contrôler l’opération de confinement à domicile», fait remarquer Dr Yousfi.
M. Benkeddada