Artisanat et patrimoine immatériel : C’est l’exploitation qui manque le plus

La wilaya de Bordj Badji Mokhtar compte 311 artisans et 18 associations pour la promotion et la préservation de l’artisanat traditionnel local.

«Parmi ces associations, 13 activent dans la commune de Bordj Badji Mokhtar et les 5 autres à Timiaouine», précise à ce propos Ahmed Benali, directeur du tourisme et de l’artisanat de Bordj Badji Mokhtar. Et d’ajouter : «109 artisanes et artisans sont spécialisés dans l’artisanat artistique, 49 dans la production artisanale et 153 dans les services inhérents à l’artisanat. En tout, l’artisanat a généré à travers la wilaya 639 postes de travail.» Selon lui, les activités artisanales s’articulent autour de cinq spécialités, à savoir la bijouterie en argent, la confection des tenues traditionnelles locales, la forge traditionnelle, le tannage des peaux et la fabrication du cuir ainsi que la fabrication de tentes traditionnelles. «Toutes ces spécialités on les retrouve à Timiaouine et Bordj Badji Mokhtar», précise le même interlocuteur. Plus qu’un savoir-faire, l’artisanat est avant tout une facette du mode de vie des Bordjis. Un patrimoine hérité de génération en génération. «Il existe à travers la wilaya deux centres dédiés à l’artisanat. L’un est situé au niveau de la ville du chef-lieu de wilaya et le second à Timiaouine. Malheureusement, ils ne sont pas exploités, compte tenu de leur état dégradé qui nécessite une rénovation afin que les artisans de la région puissent y travailler dans de bonnes conditions et organiser des expositions», aspire le même interlocuteur. En ce sens, une proposition a été formulée par ses services, afin d’exploiter les deux équipements. Il faut savoir qu’il n’existe pas, du moins actuellement, des espaces pour exposition des produits de l’artisanat dans la wilaya. Un déficit qui incite à la réhabilitation des deux centres d’artisanat en question, d’autant plus que l’organisation d’exposition est l’un des vecteurs optimaux pour promouvoir le patrimoine artisanal local. «Nous sommes à pied d’œuvre afin qu’une chambre d’artisanat ouvre ses portes à Bordj Badji Mokhtar qui, il faut le dire, n’a été promue au rang de wilaya que récemment», a indiqué Benali. En effet, le rôle de la chambre de l’artisanat est primordial pour promouvoir l’artisanat local et accompagner les artisans. Elle assure, entre autres, la formation, l’établissement des cartes d’artisan et des qualifications et les expositions. C’est dire son importance. En attendant l’achèvement des procédures de transfert de gestion, les artisans de la wilaya sont toujours affiliés à la Chambre de la wilaya d’Adrar distante de 800 km du chef-lieu de wilaya de Bordj Badji Mokhtar. «En attendant l’ouverture de la chambre d’artisanat de la wilaya, nous avons pris les devants pour que la Chambre d’Adrar nous envoie une commission pour notamment l’établissement des cartes d’artisan et les attestations de qualification», conclut le directeur du tourisme et de l’artisanat de Bordj Badji Mokhtar.
A. L.