Association du 3e millénaire : Nadia Benyoucef et Chaou à l’honneur

Après l’hommage rendu à  deux élèves de Hadj M’hammed El Anka, Hsicene Saadi et Mehdi Tamache, l’association du 3e millénaire organisera, ce mardi, une soirée hommage à Nadia Benyoucef et Abdelkader Chaou. La cérémonie débutera à 17 heures au Théâtre national- TNA  Mahieddine-Bachtarzi à Alger.

L’hommage qu’organise l’association que  dirige Sid Ali Bensalem se veut surtout un geste de reconnaissance à l’égard notamment de Nadia Benyoucef qui asouffert de la marginalisation. Cette artiste fut, aux côtés notamment de Nardjess considérée parmi les chefs de file de la nouvelle génération des chanteuses de Hawzi. Il faut rappeler qu’après la disparition de Fadhila Dzirya, la doyenne Selouaa été également poussée à se retirer par la médiocrité des gestionnaires des institutions artistiques.
Tout comme Nardjess et d’autres grands chanteurs, Nadia Benyoucef avait été découverte dans l’émission «Elhane Oua Chabab» devant le jury que présidaient Saloua et le défunt chef d’orchestre et musicien Moatti Bachir.
Cette émission lui avait ouvert la voie des enregistrements radiophoniques, télévisés et de disques. Elle sera encouragée par le parolier et compositeur Mahboub Bati qui la mettra au devant de la scène. C’est ce dernier qui lui écrira et composera les paroles de «Ya Lwaldinee une chanson qu’elle chantera en  duo avec Chaou Abdelkader.
Justement, lors de cette soirée  les deux chanteurs pourraient  reprendre devant le public du TNA cette chanson des années 1970 qui avait fait un tabac. Nadia Benyoucef pourrait aussi entonner son grand succès «Yal Mouima».
 L’association invite de jeunes chanteurs pour reprendre les chansons des invités, mais il est souhaitable que les chanteurs honorés prouvent qu’ils sont toujours en forme. Chaou Abdelkader qui vient de fêter ses 80 ans garde toujours sa belle voix et se produit régulièrement notamment lors des fêtes de mariage. Il donne également des concerts à l’étranger notamment en France.
Chaou doit aussi en grande partie son succès, à Mahboub Bati qui lui avait écrit et composé «Djah Rebbi Ya Djirani». Il avait ensuite enregistré d’autres  grands succès comme « Ya Lâdra Ounie Moualik». C’est un chanteur qui peut se permettre de chanter aussi bien les Qaçaid que les chansonnettes. L’association du 3e millénaire a encore une fois fait le bon choix en honorant ces artistes  de leur vivant.
Bari Stambouli