Assurances agricoles : Le risque de calamité toujours présent

La Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) a fait desefforts importants, ces dernières années, pour convaincre les agriculteurs de l’urgence de souscrire à une assurance. Pour ce faire, la Caisse propose des produits d’assurance pour toutes les filières. Des produits relatifs à la perte de cheptel, de récolte sont proposés. La garantie des palmeraies, palmiers et récoltes, contre les risques d’incendie, grêle, tempête et pluie sur les récoltes est également dans la panoplie des produits d’assurance de la CNMA. Pour couvrir les régions du Sud, des agences d’assurances ont ouvert des succursales pour se rapprocher des agriculteurs et éleveurs en leur proposant des produits tels quel’assurancedes récoltes contre les calamités naturelles. Des campagnes de sensibilisation sont également organisées en leur faveur pour prémunir leurs exploitations contre les risques climatiques et sanitaires. La généralisation des assurances agricoles à travers le pays n’est pas un problème d’offre de produits, il est justement question de l’adhésion des agriculteurs. Les incendies de l’été dernierqui ont touché plusieurs wilayas et les pertes colossales engendrées ont mis en avant l’importance des assurances agricoles. Dans ce cas, les assurances sont appelées à indemniser les sinistrés et, partant, éviter au Trésor public des dépenses énormes. A ce titre, l’Etat a mobilisé un budget à travers le fonds dédié aux pertes agricoles. Dans ce sillage, la culture de l’assurance de cheptel, matériel et récoltes doit se diffuser dans le milieu agricole pour alléger l’impact des catastrophes naturelles très fréquentesces dernières années à cause du réchauffement climatique.
 Karima Dehiles