Athlétisme : Azzedine Sakhri,  médaillé d’or du marathon des JM de Bari 97 «La fête sera belle à Oran»

Dans une discipline sportive, celle du dur marathon (42,195 km) qui semblait inaccessible aux athlètes algériens, Azzedine Sakhri a réussi à défier (et de quelle manière) la chronique. Engagé aux Jeux méditerranéens de Bari (Italie) en 97, il a, contre toute attente, et pour son coup d’essai (c’était le 1er marathon de sa carrière) réussi tout simplement un exploit de première grandeur. Sous une chaleur torride (45° à l’ombre), un taux d’humidité record de 90% et une ahttps://www.horizons.dz/wp-admin/post-new.phprmada d’adversaires de haut niveau nettement plus aguerris, Azzedine Sakhri (29 ans à l’époque), s’est assuré une splendide victoire et une médaille d’or qui ont infiniment mérité le respect et l’admiration de tout le monde. Champion modeste et très attachant, mais avec une grande rigueur morale, le cadet des Sakhri (il est le frère cadet de Sid Ali, figure légendaire de la course à pied algérienne) qui pratique encore son activité sportive fétiche qui le passionne à 54 ans comme ses premiers débuts, pense sincèrement que les JM d’Oran 2022 seront la fête grandiose que tout le monde attend. «Je suis, eu égard à mon expérience, convaincu que les JM d’Oran ne manqueront pas la meilleure portée organisationnelle jamais réussie jusque-là. Grâce à l’implication des hautes instances du pays, Oran s’est donné les outils et le savoir-faire qui lui permettront d’être, durant environ deux semaines, le phare de toute la Méditerranée. El Bahia sera la cité du sport, de la culture et du tourisme pour une grande fête de l’amitié et de la fraternité» a déclaré Sakhri qui revient d’une sérieuse blessure au dos. En abordant le volet compétition et les chances de podium pour les représentants du sport algérien à l’occasion de ces joutes d’Oran, Azzedine estime que les sports individuels pourraient apporter leur lot de satisfaction. «Si en sports «co» la mission est particulièrement difficile, pour ne pas dire impossible eu égard à l’imposante rivalité, on peut par contre prévoir une belle moisson de médailles chez les boxeurs, judokas, lutteurs, haltérophiles. En natation et en karaté, l’émergence d’un ou de deux représentants n’est pas à écarter». En athlétisme, avec les coureurs du 800m Sedjati et Hathat (et le jeune Ali Gouaned s’il fait mieux avec l’engagement final), Hichem Bouchicha au 3.000m steeple, Bouanani au 110m haies et Abdelmalek Lahoulou au 400m haies et peut-être même Merbouhi et Grine au 5.000m ainsi que le relais 4x400m, ont des atouts à faire valoir et constituent de réelles chances de médailles. Tout comme Triki en longueur et triple saut s’il est dans sa forme optimale, devraient donner lieu au meilleur bilan jamais enregistré jusque-là ». En somme les JM d’Oran 2022 suscitent beaucoup d’espérance.

 Abdenour Belkheir