Avec le retour des beaux jours : L’école des Beaux arts croque la vie

Le poumon d’Alger reprend enfin une profonde respiration avec la fin des restrictions sanitaires liées à la pandémie de coronavirus. Workshops, expositions, rencontres artistiques et intellectuelles sont au programme de l’animation culturelle de l’École supérieure des Beaux Arts d’Alger (ESBA) pour les mois à venir.

Karim Sergoua, professeur à l’ESBA et chargé de l’animation culturelle, a concocté, avec le soutien de l’administration, un programme riche et diversifié qui ravira tous les amoureux de la culture et réconciliera les sceptiques avec la scène artistique et culturelle algérienne. Rencontré alors qu’il supervise un cours de dessin pour les étudiants de première année, il annonce cette programmation qui promet de redonner de sa superbe à ce lieu qui a vu passer tant d’artistes et d’illustres noms. Une chose est certaine, la couleur est d’ores et déjà donnée : la vie reprend de plus belle!  Samedi dernier, pour ouvrir le bal, une exposition de «1001 croquis», réalisés par les élèves a été présentée au public à l’occasion du 19 mai, la fête de l’étudiant. Accrochés sur des fils bleus tels des linges blancs, les croquis de l’exposition ont habillé l’école et souligné sa beauté architecturale. Cela a permis de casser avec les codes rigides de l’exposition dans une salle et de ne pas être contraint à des considérations matérielles ou de temps. Le bleu des fils se confondant avec le ciel, les croquis, collés dos à dos, semblaient comme léviter dans cet espace de vie et de création. Les œuvres réalisées par les étudiants de première à la quatrième année, ont été réalisées en quelques minutes voire quelques dizaines de secondes. Un véritable défi qui a été relevé par chacun des participants. Ils représentent les objets peuplant l’école, les étudiants mais aussi les lieux dans lesquels ils évoluent au quotidien.
Abderrahmane Salah, artiste peintre en troisième année, connu sous le nom d’artiste «Lokhar» (l’autre en arabe), a participé à cette exposition avec 12 croquis. Il juge que cette expérience était «fantastique» car elle a permis de fédérer et rassembler tous les étudiants et de leur permettre de s’exercer. «Nous étions tous ensemble, nous avons dessiné les mêmes modèles avec des limites de temps. Cela nous aide à améliorer notre observation et mouvements de dessin» raconte-t-il.
Cette performance artistique a été formatrice à plusieurs autres égards pour Amdoul Amina Sarah, étudiante en première année. Il s’agissait pour elle de la première fois qu’elle participe à l’organisation et à l’accrochage d’une exposition pour les étudiants de première année, l’exercice étant habituellement réservé aux étudiants plus anciens. Ce sont, poursuit-elle «des moments clés et forts de la vie de tout artiste qui permettent de bien évoluer et d’être formés ».
Et c’est justement le but recherché par Sergoua, qui explique que le croquis est d’une importance capitale «dans le cadre de l’expérimentation, du dessin et de la formation». Il se désole d’ailleurs que dans le programme de l’ESBA, adopté il y a 20 ans de cela, «le croquis ne soit plus un module à part entière ». Cela n’empêche pas, nuance-t-il, «que les professeurs l’intègrent dans leurs cours en lui accordant une heure ou deux».
Riche programmation à l’horizon 
D’ailleurs, pour lui accorder toute son importance, il y a un mercredi des beaux arts qui est prévu pour «discuter du dessin, du trait et du croquis et qui sera intitulé ‘’dessin, tkherbich, croquis’’» annonce le professeur. D’autres événements seront organisés en mai et en juin. Par exemple, demain, les deux sœurs derrière la startup Sheido de réalité virtuelle animeront un workshop à partir de 15h30. Il s’agira de faire découvrir l’univers de la réalité virtuelle et augmentée et de faire des visites des lieux du patrimoine algérien tels que La Casbah et les ruines romaines. Elles seront accompagnées par les explications du jeune influenceur culturel Rayan, plus connu sous le nom de Ze art nerd.
Autre date à ne pas manquer à l’ESBA, le 11 juin.  Une rencontre autour de la critique d’art s’y déroulera et plusieurs personnalités de la scène culturelle et artistique y participeront. Il y aura parmi les intervenants Nadjib Ferhat, Amar Meziani, Jaoudet Gassouma, Denis Martinez et Zoubir Hellal. Ce sera également, précise Sergoua, «l’occasion de rendre un vibrant hommage à Abdelkrim Djilali qui a beaucoup fait pour l’art et la jeune création en Algérie».
D’autres événements sont encore en cours de préparation et seront communiqués prochainement par l’école. Tant de rendez-vous à ne pas rater pour les férus des arts et amoureux de la beauté !
Sarra Chaoui