Avis d’experts : Une dynamique d’envergure internationale

Pourquoi une zone franche ? Quelles sont les entreprises concernées? Quels en sont les avantages ? Quels rôles peut-elle jouer en matière de diversification économique ? C’est à toutes ces questions que des économistes essayent d’apporter des éclaircissements.
Expert en économie et finances, Mourad Goumiri explique que la création de zones franches répond au souci de booster économiquement des régions frontalières et ou enclavées. Selon lui, c’est un «régime spécial» qui ne s’applique qu’à ce genre de régions avec des avantages divers pour être attractives. Il estime que toutes les entreprises sont éligibles à activer dans ces zones mais le but recherché est d’avantager les entités économiques locales, voire régionales. «Ces zones franches ont pour objectif de créer une activité qui n’aurait pas pu se développer sans ce statut particulier et ses avantages induits essentiellement d’ordre fiscal et douanier. Les entreprises concernées seront soumises à un régime particulier profitable du fait de multiples exonérations et des flexibilités avantageuses», dit-il. En contrepartie des avantages octroyés, il y a des conditions et règles à respecter. «Il ne s’agit pas de créer des zones de non-droit ou des zones de trafics divers et multiples. La réglementation réservée à ces zones est  plus flexible et plus avantageuse pour ceux qui y activent», indique Goumiri. Sur cette question, Chaïb Baghdad, professeur à la faculté des sciences économiques de l’Université Aboubakr-Belkaïd de Tlemcen, estime que la création d’une zone franche implique que les entreprises étrangères respectent les lois et règlements en vigueur dans le pays d’accueil, se concentrant dans les activités économiques qui ne contrarient pas les stratégies économiques engagées par le pays hôte, notamment dans la souveraineté économique nationale et le choix des partenaires économiques étrangers.
Les entreprises intéressées par ces zones franches doivent satisfaire à quelques critères comme la nature de l’activité, le nombre de salariés, les objectifs assignés, les impacts économiques pour le pays d’origine, et cela concerne toute entreprise ou firme qui ambitionne l’extension de ses activités pour plus de profits et bénéfices. Il ajoute qu’une zone franche est destinée aux entreprises qui font preuve de motivation par une implication effective dans la création de la richesse pour le pays d’origine, à travers une politique de recrutement interne, la promotion des exportations, l’accentuation des relations économiques, une porte vers l’économie mondiale et autres impacts et effets positifs pour les deux partenaires. « Les avantages attendus, dans le cadre d’une zone franche, se concentrent plus dans la création d’emploi, la dynamique économique d’envergure internationale, l’intégration dans la stratégie de diversification économique, l’ attractivité des investissements étrangers, le partenariat économique plus élargi avec les entreprises nationales, les exportations diversifiées et avantageuses », explique-t-il. Selon lui, une zone franche est accessible pour toute entreprise économique, «afin d’exercer ses activités économiques, respectant les critères du pays d’accueil tels que les salariés déclarés, la nature de l’activité économique, le nombre d’emplois créés, les perspectives d’exportation et les règles fiscales adoptées au niveau local», conclut-il.
Amokrane Hamiche