Aziz Derouaz : «Oran est prête pour les JM»

À 33 jours du coup d’envoi des 19eJM d’Oran, le commissaire des jeux, Mohamed Aziz Derouaz, a animé, ce dimanche en présence de la présidente de la Fédération des sports équestres, Fahima Sebiane, une conférence de presse au salon d’honneur de l’aéroport Houari-Boumediene.

Face aux médias, il a assuré que la ville d’Oran est fin prête sur tous les plans pour l’organisation de la plus grande manifestation sportive du bassin méditerranéen. «Le comité d’organisation veut faire de ces jeux une occasion pour drainer un maximum d’athlètes dans les spécialités de tous les sports retenus. Notre but est que les jeux permettent de rassembler l’élite sportive de la Méditerranée. Jusqu’à présent, douze pays se sont inscrits dans les délais. Outre l’Algérie en tant que pays hôte, il y a Chypre, l’Egypte, la France, la Grèce, l’Italie, la Libye, la Turquie, le Maroc, le Portugal, l’Espagne, la Syrie. Deux pays devraient annoncer leur participation, en l’occurrence la Tunisie et le Liban.»
En matière de nombre d’athlètes attendus, le conférencier s’attend à un chiffre dépassant les 4.000. «Le village méditerranéen ne peut abriter que 4.000 athlètes. Avec le nombre des pays qui vont encore s’inscrire, nous appréhendons de dépasser ce nombre. Un paramètre qui nous a poussés à prévoir un village annexe au complexe des Andalouses ainsi que des infrastructures hôtelières pour mettre dans les meilleures conditions les athlètes et membres de toutes les délégations», a-t-il souligné. Le sport équestre connaîtra deux défections de taille, à savoir la France et l’Espagne.
Le comité d’organisation a dénoncé dans un communiqué les raisons avancées par les responsables des fédérations des deux pays. «Le COJMO dénonce avec vigueur les justifications mensongères et calomnieuses avancées par leurs rédacteurs. La décision de participer ou non à un événement sportif relève du libre choix des fédérations sportives ou des comités olympiques nationaux. Nous ne pouvons endosser leur incapacité à organiser leur voyage comme il est prévu par toutes les règles des compétitions. Pour la première fois dans l’histoire des Jeux méditerranéens, le comité s’est engagé avec le soutien de l’État algérien, à prendre en charge le déplacement des chevaux et accompagnateurs», a souligné Derouaz. Le cas de la défection de la France et de l’Espagne en sport équestre a poussé Derouaz à préciser que «cette affaire ne peut en aucun cas influer sur les relations avec les comités olympiques des deux pays», rappelant au passage que «la France et l’Espagne vont prendre part aux Jeux méditerranéens avec des délégations dont le nombre dépasse les 400 membres, entre athlètes et staffs.»
Après la demande de la présidente de la Fédération Mme Sebiane, pour assurer la plus grande participation possible dans ce sport, il a été décidé, selon Derouaz, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, de «prendre en charge le déplacement des chevaux vers Oran à partir du port le plus proche pour que leur déplacement ne dure que huit heures». Pour ce qui est de sa réunion à Athènes en Grèce, Derouaz a souligné que la rencontre aura lieu lundi (aujourd’hui ndlr) sur demande du secrétaire général du Comité international des Jeux méditerranéens et en présence du président du CIJM, Davide Tizzano. «Nous allons aborder tous les points qui suscitent l’inquiétude chez plusieurs fédérations étrangères, dont la compétition du tir sportif. Sur ce point, nous sommes prêts à organiser cette compétition dans un nouveau centre».
Aucune compétition ne sera délocalisée
Pour ce qui est des rumeurs par rapport à la délocalisation de la compétition des sports équestres, le commissaire des JM a précisé que «les réponses envoyées par plusieurs délégations ont été rassurantes par rapport au déroulement des jeux, dont celle des sports équestres. Je rappelle que les Jeux vont bel et bien avoir lieu à Oran. Vive les jeux et vive l’Algérie.»
Pour sa part, la présidente de la FASE, Fahima Sebiane, a indiqué que tout a été pris en considération à partir du mois de mars pour que «toutes les conditions soient assurées et que tout soit facilité pour la venue d’un maximum de pays en sports équestres.» Pour ce qui est du passeport sanitaire, «le problème a été réglé en un temps record», dira-t-elle.
Adel K.