Bachir Ben Chikh expose : La Kabylie s’invite à la galerie Racim

Un hommage a été rendu aux beaux paysages naturels de la région de Kabylie, à travers une trentaine de tableaux exposés actuellement à la galerie d’art Mohamed-Racim d’Alger. Intitulé «Le paysage spectaculaire de la Kabylie», cet événement, qui s’étale jusqu’au 28 du mois en cours, a été réalisé par l’artiste plasticien Bachir Ben Chikh, qui a répandu, par ses couleurs chatoyantes, l’air frais et les vues imprenables des montagnes, les villages et les plaines. Ses tableaux dégagent des ondes positives, à l’image d’une vie agréable et simple, loin de la pollution, du bruit et des maux de la société. Les couleurs utilisées par l’artiste, douces, apaisent le regard. Ses œuvres sont dépourvues de la couleur noire. La peinture utilisée narre cette Kabylie qui regorge de lumières naturelles qui charment le visiteur. L’artiste s’est concentré sur les champs de blé, la récolte, le mouvement des agriculteurs qui travaillent la terre. Ses œuvres racontent le parcours d’un «Fellah», chapeau sur la tête, qui se réjouit parce qu’il est couvert par les épis de blé dont la dorure s’accentue avec les rayons du soleil. Un tableau très ensoleillé et qui vit au rythme de la belle saison. Des détails retrouvés dans les autres tableaux, à l’image du berger qui accompagne son troupeau dans les champs, puis à travers les montagnes et les vallées. Tout ce qu’il y a de pur et d’authentique. La campagne se trouve dans toutes les peintures exposées, dans le style impressionniste pictural, qui met en valeur les détails, notamment les travaux quotidiens, que ce soit dans les champs ou les pâturages, notamment à l’intérieur des maisons familiales. La peinture à l’huile sur la toile a donné une dimension vivante aux œuvres, d’où le dégradé et les dimensions calculées de façon à reproduire cette nature particulière, l’habillement, ainsi que la décoration des maisonnettes. Les scènes se poursuivent, et font ressortir la femme Kabyle, pilier de cet environnement. L’artiste lui a dédié un tableau sur ses tâches ménagères, son travail dans les champs, son parcours et sa trajectoire aux ruisseaux et aux sources, pour remplir des jarres d’eau, sa façon de rouler le couscous étant assise par terre, entourée de ses enfants qui jouent. Le tissage, le filage de la laine, le nettoyage, les saisons de récolte des olives, sont présents dans les œuvres de Bachir Ben Chikh. «Femmes à la Fontaine», «Au Bord de la Source», «Le Troupeau de Chèvres», «Les Bergers», «Nature morte», et autres. Dans d’autres aspects de l’exposition, l’artiste a également présenté des peintures mettant en valeur d’autres régions du pays, dont La Casbah d’Alger, le port de plaisance de la Madrague, les palmiers et d’autres scènes inspirées de la nature et de l’environnement algérois. Pour rappel, l’artiste Bachir Ben Chikh est né dans la région de Kabylie en 1944. Il peint depuis 50 ans et s’inspire de la nature. C’est un passionné de verdure, de la beauté des paysages naturels, qu’il essaie de reproduire en toute originalité.
Rym Harhoura