Bejaïa : Le projet d’aménagement de la RN9 relancé

Le projet d’aménagement et de modernisation de la RN9 est revenu au devant de la rampe avec la reprise des travaux, supervisés sur le terrain par le wali de Bejaïa, Kamel Eddine Kerbouche, après trois ans d’arrêt.
Confié à la société turque Ozgun, le projet comportait la réalisation de tunnels et la correction des courbes de la voie au niveau de la commune de Kherrata. Cet axe routier, qui relie Bejaïa à la wilaya de Sétif, revêt une grande importance tant sur le plan économique, touristique qu’historique au regard des événements qu’a connus la région lors des manifestations du 8 mai 1945. Les travaux accusaient un taux d’avancement de 85 % pour les ouvrages d’art et un taux de 40 % pour la réalisation de la chaussée, selon les explications fournies au wali qui a fait part de son souhait que cet axe soit livré à la circulation routière avant le début de la saison estivale prochaine.
Concernant l’avancement dans la construction, au niveau du lieu dit la Source bleue, d’un pont d’une longueur de 350 mètres, celui-ci a été estimé à 65 %. Il y a lieu de souligner que les tunnels prévus dans ce projet ont déjà été achevés. Il est à signaler que la Route nationale N°9 est l’objet d’une étude de dédoublement en 2X2 de la voie entre la commune de Souk El Tenine jusqu’aux abords de la wilaya de Sétif. La première section de 8 kilomètres contient 4 échangeurs et 5 km d’ouvrages d’art. La seconde section comporte 7 ouvrages d’art dont 7 ponts et un viaducs, 4 échangeurs et trois carrefours. Cette configuration a été débattue par les participants et des propositions ont été avancées quant à une réalisation par section ou en entier du projet. Lors d’une réunion avec les responsables du bureau d’études en charge et les présidents des APC concernés, le wali a insisté sur la coordination avec tous les acteurs et sur l’impératif d’accélérer les procédures administratives aux fins de lancer au plus tôt ce projet. Une fois achevé l’aménagement des gorges de Kherrata et le dédoublement de la RN9, c’est une autre dynamique qui va animer toute la région, entravée par une infrastructure désormais incapable de supporter l’intense trafic routier généré par le développement des échanges entre Bejaïa et les wilayas du centre du pays.
L’ancien tunnel de Kherrata, réalisé dans les années 80, que les usagers de la RN9 doivent emprunter pour se rendre à Sétif ou Bejaïa, a été conçu pour un flux d’une dizaine de milliers de véhicules par jour, alors qu’il est actuellement enregistré près de 40.000 véhicules par jour dont près de la moitié constituée de poids lourds. De plus, les risques sont aggravés sur cet axe routier avec les fréquents éboulements rocheux qui se produisent en hiver et l’accroissement du nombre d’accidents qui se produisent dans ce tunnel. Ce dernier, long de 7 km, ne sera pas pour autant déclassé, mais modernisé. Une enveloppe de 4,5 milliards de dinars avait été allouée à ce projet. Il est à souligner que le wali de Bejaïa, dans une halte dans la commune d’Aokas, a été sensible aux doléances des habitants du village Aguemoune qui lui ont fait part des difficultés à faire inscrire la réalisation d’un établissement scolaire pour mettre fin aux difficultés de scolarisation de leurs enfants.
O. M.