Béjaïa : Soirées musicales et polémiques

Pendant quelques jours, beaucoup de passants s’interrogeaient sur l’utilité de la grande tente, et d’autres plus petites, que l’on érigeait à proximité du stade de l’Unité africaine, sur un terrain qui servait de parking et accessoirement de lieu de manœuvre pour les candidats à l’obtention du permis afin de se faire la main.

Renseignement pris, il s’est avéré que c’était pour accueillir des spectacles. Rien d’étonnant donc, même si c’est le premier Ramadhan, depuis quelques années, à offrir une animation culturelle aux Béjaouis. Cette nouvelle donne  a inspiré une société de spectacles, «Shining Events», qui a vu une opportunité d’affaires. Mais voila, certains artistes de la région se sont offusqués sur les réseaux sociaux que le programme ne présentait que des chanteurs extérieurs à la wilaya de Bejaïa, alors même, soutenaient-ils, que la Direction de la jeunesse et des sports était partenaire de l’opération.
C’est ainsi que l’association des artistes
Tamusni, chargée de défendre les droits de ses adhérents, se sont rapprochés de  l’organisateur des «Soirées ramadanesques de Bejaïa» pour clarifier la question. «Nous avons pensé que Bejaïa manquait d’animation pendant le Ramadhan, nous avons voulu apporter notre contribution», a  tout bonnement expliqué le responsable de Shining Events.  Rabah Aït-Taleb a saisi l’opportunité de la rencontre pour démentir les fausses informations qui ont circulé à propos de cet événement culturel. Il a d’abord soutenu qu’il n’a pu trouver de lieu approprié pour accueillir ses spectacles, car la maison de la culture et le théâtre régional de Bejaïa sont fermés pour travaux.
Il a donc eu recours aux chapiteaux après avoir obtenu l’aval et les autorisations nécessaires de la DJS pour louer le terrain nu à côté du stade. Réfutant les rumeurs et les critiques, il a affirmé que sa société est seule organisatrice, qu’elle est responsable de la sélection des artistes et que c’est elle qui paie leurs cachets. Au demeurant, précise-t-il encore, plusieurs artistes de Bejaïa figurent dans le  programme.   «Même les tarifs d’entrée ont été étudiés pour permettre au plus grand nombre d’assister aux animations», assure-t-il.
Sans se soucier de «cette soupe syndicale» qui alimente les polémiques du Ramadhan, le  public ne s’est pas fait prier pour profiter de ces galas qui meublent leurs soirées. Il faut dire que le menu était alléchant. Des figures de proue de la chanson kabyle comme Amor Abdenour, Taos Arhab, le  groupe Amzik, Kamel Aziz, Youcef Hessas, Nassima
Aït-Ami, HaceneAhrès vont se produire.
 Ouali Mouterfi
Association Soummam : Soulager la détresse des veuves et des orphelins
Créée en 2016, l’association Soummam au soin de l’orphelin de la wilaya de Bejaia compte plusieurs sections communales, à l’instar de celles de  Tamridjet, El-Kseur ou Feraoun, et s’enrichira prochainement de nouvelles à Sidi Aïch et Kherrata.
L’association se trace un programme annuel d’activités et d’actions caritatives qu’elle s’attache à réaliser, sachant qu’un effort particulier est déployé durant le mois sacré pour porter aide et assistance aux nécessiteux, mais aussi leur offrir des animations pour égayer leurs journées et soirées.
Ainsi, un tournoi de football a été organisé à Beni Mouhliau profit des orphelins de la  localité, avec la participation des sections de Bejaïa, El Kseur, Feraoun et Beni Moulhi. Cette activité a été accueillie avec engouement. Vendredi prochain, ce sera au tour de la section d’El-Kseur de faire de même. Une semaine auparavant, l’association a emmené des élèves en sortie pédagogique à Djemila, encadrés par plus de 25 professeurs bénévoles. Ces actions permettent de tisser des liens et cimenter les relations. Au chapitre caritatif, l’association a servi plus de 150 couffins d’aide alimentaire durant ce Ramadhan aux veuves et aux orphelins.
«Beaucoup reste à faire au vu de la détresse des veuves marginalisées», déclare Seddik Guedjali, président de l’association, qui ajoute que «la commission santé prend en charge les soins, visites avec des contrats avec les médecins spécialistes qui répondent favorablement à nos sollicitations».
La commission sociale, présidée par Abdelhamid Haddad, a dans ses tiroirs quelque 400 dossiers à traiter. C’est dire l’immensité de la tâche. Mais rien ne décourage ces militants bénévoles du bien. Le 22 avril prochain, un repas collectif sera organisé, et plus de 1.000 orphelins, veuves et adhérents seront présents à ce festin qu’accueillera la commune de Souk El Tenine.
Trois semaines auparavant,  l’association a organisé le concours du repas traditionnel, qui a été une belle réussite. Elle a également inscrit dans  son programme une opération de don de sang, avec divertissement et présentation des ouvrages de son secrétaire général adjoint, le poète Abdelhakim Abdiche.
Les participants à cette importante opération recevront des cadeaux d’encouragement. Une opération de circoncision d’enfants est également prévue ce Ramadhan au profit des familles en besoin d’aide, grâce à l’implication de généreux donateurs. Par ailleurs, un tournoi de football sera mis sur pied avec la participation de la corporation des avocats et huissiers, ainsi que de Sonatrach et Sonelgaz. La quête qui sera organisée à cette occasion permettra d’offrir des bons d’achat de vêtements pour la fête de l’Aïd.
L’association prépare aussi son projet phare, à savoir l’inauguration prochaine de l’école des orphelins qui sera baptisée du nom de son défunt secrétaire général Saïd Haddad. Au chapitre des projets encore, la confection d’une revue est en cours pour  mieux faire connaître le travail que réalise au quotidien la dynamique association.
O. M.