Belabed : « Le phénomène de la triche est en nette baisse »

Le coup d’envoi des examens du Brevet d’enseignement moyen (BEM) a été donné, ce lundi matin, depuis Touggourt, par le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, en présence de Noureddine Ghouali,  conseiller du président de la République chargé des affaires de l’éducation nationale.

Le ministre a procédé à l’ouverture des plis, au niveau du CEM Chahid-Tamerni-Mohamed, contenant le sujet de la langue arabe, première épreuve de la journée, avant d’animer un point de presse au cours duquel il a affirmé que cet examen revêt une grande importance pour le ministère, d’autant plus qu’il intervient après une saison scolaire exceptionnelle et eu égard à la situation épidémiologique qui a prévalu ces deux dernières années. Pour la troisième année consécutive, ces épreuves auront lieu dans des circonstances exceptionnelles, marquées par l’adoption du protocole sanitaire et des mesures préventives contre la Covid-19. A l’occasion, le ministre a évoqué les moyens mobilisés par l’État afin d’assurer le bon déroulement de cet examen.
A l’échelle nationale, le nombre de candidats aux épreuves du BEM s’élève à 738.866, soit une hausse de 97.000 candidats inscrits par rapport à la session 2021.
Concernant le choix du coup d’envoi des examens depuis Touggourt, Belabed souligne qu’il s’agit d’une nouvelle wilaya. «Notre visite aux trois wilayas nouvellement créées témoigne de l’importance que leur accorde l’Etat pour garantir l’éducation au niveau de ces localités», a-t-il poursuivi. La wilaya de Touggourt compte 7.133 candidats scolarisés à l’examen du BEM pour cette session de juin 2022 et 67 en candidature libre. Elle compte également 1.657 encadreurs et 30 centres d’examen.
À une question sur le phénomène de la triche durant les examens, Belabed martèle que les candidats tricheurs encourent des sanctions sévères. Néanmoins, assure le ministre, le phénomène est en nette baisse. «Nous n’avons pas enregistré de fuite de sujets comme ce fut le cas les années précédentes. Cela a permis aux candidats de mieux se préparer et à ne pas tomber dans la triche», a-t-il expliqué.
Par ailleurs, le ministre de l’Éducation nationale a déclaré à El Meghaïer, en marge de l’ouverture des plis contenant les sujets de la seconde épreuve de la journée, que l’annulation de l’examen de passage primaire a pour but d’éviter la grande pression que subissaient les élèves. Il a soutenu, dans ce sens, que le système actuel est également en vigueur dans d’autres pays développés. Il explique que l’annulation de cet examen n’est pas une barrière ou un poids pédagogique.
Au sujet des prix des manuels scolaires, Belabed a assuré qu’ils resteront inchangés en dépit de l’augmentation du coût du papier.
Le ministre de l’Éducation a également déclaré que toutes les conditions sont réunies pour le bon déroulement de cet examen. Il s’est, enfin, entretenu avec les élèves concernant leur préparation aux épreuves du BEM. L’examen, qui s’étalera du 6 au 8 juin, concerne 9 matières, en plus de la langue amazighe pour les élèves concernés.
Walid Souahi