Beldjoud à l’APN : «L’Etat accorde un intérêt particulier aux zones frontalières»

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités  locales et de l’Aménagement du territoire, Kamal Beldjoud a affirmé, ce jeudi à Alger, que l’Etat accordait un intérêt particulier aux zones frontalières, précisant que l’ouverture de nouveaux postes frontaliers était soumise à « des conditions et à une étude approfondie ». 

A une question sur l’entrée en service du poste frontalier d’El-Borma à Ouargla lors d’une plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales, M. Beldjoud a souligné que « l’Etat accorde un intérêt particulier aux zones frontalières », précisant que « l’ouverture  et la création de nouveaux postes frontaliers exigent une étude globale et approfondie pour déterminer la faisabilité économique et sociale » et « la coordination avec le pays voisin ». 

A une question sur les bandes de quartier, le ministre a assuré que les services de police, « dans le cadre de leurs missions et des lois en vigueur ne ménagent aucun effort pour protéger les personnes et leurs biens » à  travers tout le territoire national.

Des mesures « dissuasives et préventives » ont également été prises et le système juridique a été renforcé à la faveur de l’ordonnance relative à la lutte contre les bandes de quartier promulguée en août 2020, a-t-il rappelé, ajoutant que ce phénomène étranger à la société algérienne s’est atténué récemment.