Belhimer : «Nous sommes déterminés à protéger la liberté de la presse»

 

Le bouquet de chaînes TV de l’Entreprise nationale de la télévision publique s’enrichira bientôt d’un nouveau canal qui sera consacré aux travaux, actions et activités du Parlement et de ses membres. C’est ce qu’a annoncé hier, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, lors de son allocution, à l’ouverture de la journée parlementaire organisée par le Conseil de la nation.

«L’évolution de la scène politique, qui se caractérise par la transparence et la place du citoyen au cœur de la vie  politique et dans le cadre des efforts de construction d’une nouvelle Algérie, il était nécessaire de créer un espace médiatique qui puisse permettre aux citoyens de voir ce qui se passe au Parlement et ce que font les représentants du peuple qui ont été élus pour faire entendre leurs voix. Cette transparence sera incarnée par une chaîne de télévision parlementaire, qui verra bientôt le jour», a indiqué le ministre.  Une chaîne TV qui constituera, selon lui, une passerelle entre le peuple et ses représentants dans les Assemblées élues. «Le droit à l’information et l’amélioration de la profession du journaliste sont parmi les objectifs inscrits dans le programme du gouvernement. Une fois lancée, la chaîne parlementaire sera une plate-forme médiatique significative qui promouvra la pratique démocratique et l’action politique, et sera un outil interactif efficace pour transmettre la culture de la citoyenneté et le sens civique entre le Parlement et le reste des partenaires des institutions constitutionnelles, les instances politiques et scientifiques, les conseils sociaux, économiques et culturels», a encore ajouté Belhimer. La performance du service public sera le pilier sur lequel s’adossera cet organe médiatique. «La chaîne parlementaire devrait accompagner les efforts de l’Etat pour construire une nouvelle Algérie à travers différents programmes et discussions libres et responsables en phase avec les nouvelles tendances du pays vers l’ouverture politique et la garantie des libertés qui rassemblent les différentes formations politiques de la société», a-t-il estimé.
Faire  face aux guerres de 4egénération
En outre, le ministre a indiqué que la Télévision publique est chargée de mobiliser les compétences qualifiées, les ressources nécessaires dans le cadre d’une convention bilatérale entre le ministère de la Communication et le Parlement. «Le lancement de la chaîne revitalisera la vie parlementaire et améliorera la communication officielle aux fins de rétablir la confiance entre le citoyen et l’institution législative. Il s’agit également de consacrer la citoyenneté et la pratique démocratique en particulier lors des élections. La numérisation sera prise en charge pour davantage d’efficacité», a expliqué Belhimer. «Les prochains membres de l’APN seront assurément issus d’une élection propre et transparente grâce au nouveau code électoral, ce qui renforcera la confiance du peuple dans ses représentants», a-t-il  fait savoir, soulignant que «la chaîne parlementaire sera sans doute soutenue par l’Etat et dirigée par compétences nationales éminentes, à commencer par l’équipe de travail qui supervisera son achèvement». Par ailleurs,  le ministre a réitéré la détermination de la nouvelle Algérie à protéger la liberté de la presse et à maîtriser la technologie des nouveaux médias. «Les médias nationaux sont appelés à faire  face aux guerres de 4egénération et améliorer l’image de l’Algérie dans les enceintes internationales», a conclu Belhimer. Il est à noter que la journée d’études parlementaire a vu l’intervention d’experts en communication, entre autres, leDr Abdeslam Benziane, directeur général de l’Ecole nationale supérieure du journalisme et des sciences de l’information, qui a rappelé «l’importance du lancement de la chaîne pour une adhésion du citoyen aux politiques publiques et améliorer la communication institutionnelle».
Karima Dehiles