Ben Kadi Fayçal, directeur de la CCLS de Djelfa : «Nous sommes au rendez-vous»

La Coopérative des céréales et des légumes secs de Djelfa (CCLS) ne lésine pas sur les efforts quant à l’accompagnement des agriculteurs. Des efforts davantage redoublés et s’apparentent même à des «acrobaties» lors de la campagne de moisson-battage en cours. Une mobilisation tous azimut et des points de collecte mis en place.
«La CCLS est au rendez-vous et nous sommes d’arrache-pied pour réussir cette campagne, dont les préparatifs ont été entrepris depuis l’étape des labours-semailles. Le bilan arrêté au 12 juin 2022 fait état de 34.557 q de blé dur et 987 q de blé tendre réceptionnés au niveau de tous les points de collectes de la CCLS», indique Fayçal Ben Kadi, directeur de la CCLS de Djelfa
Tandis que les orges enregistrent un volume de 16.877quintaux. Une quantité conséquente, affirme Ben Kadi, par rapport à celle moissonnée l’année passée, estimée à seulement 1.500 q. Concernant la qualité de la production de cette année, le responsable affirme qu’ils ont été agréablement surpris. «La moisson est de très bonne qualité», se réjouit-il.
En somme, le bilan global actualisé fait état de 52.421 q, toutes céréales confondues, soit plus de 20% de la campagne, laquelle se poursuit jusqu’au 15 juillet. Le directeur assure que les portes resteront ouvertes jusqu’à la fin août, en vue de réceptionner les moissons des agriculteurs. Et pour le bon déroulement de l’opération, le personnel de la CCLS est mobilisé 7 j/7 de 7h00 à 19h00. Ces horaires, dit-il, peuvent être élargis si besoin est.
Au-delà des chiffres, la dock-silo de la CCLS se transforme, durant la campagne moisson-battage, en fourmilière. Tout le monde est à l’œuvre. À l’entrée de l’enceinte, des camions stationnent à la queue leu-leu attendant leur tour. Le personnel ne sait plus où donner de la tête entre réception des quantités des nouvelles récoltes, distribution d’orge-ration et réception et distribution du blé tendre destiné aux minoteries. «Le programme au niveau du dock-silo est très chargé, car il est doté d’une seule trémie pour le stockage des différentes céréales. Ce qui nous complique la réception des moissons et la distribution d’autres céréales», affirme Ben Kadi. Pour alléger la pression que subit le dock-silo au point culminant de la campagne, l’approvisionnement en rations d’orge a été suspendu pendant 20 jours, ajoute-t-il.
Agrodiv à la rescousse
Dans le cadre des «acrobaties» faites par les services agricoles pour le bon déroulement de la campagne moisson-battage, les silos du groupe public Agrodiv ont été, également, mobilisés comme point de collecte des blés dur et tendre. «Sans les moulins de Djelfa du groupe Agrodiv, nous n’aurions pas pu maîtriser la campagne. Leur infrastructure de stockage comporte tous les moyens nécessaires, à savoir un pont-bascule, deux trémies, des silos en béton d’une capacité de 120.000 q, sans parler du personnel entièrement impliqué dans l’opération», constate le directeur de la CCLS.
Selon lui, la Coopérative tente de réduire l’impact de tout ce tracas sur les agriculteurs, et s’engage à payer les redevances, juste après la signature du bulletin d’analyse de chaque moisson, soit 72 heures après sa réception. En tout cas, ce qui caractérise cette campagne est l’entame de la moisson des orges et du blé au même moment. Or, d’habitude, les deux moissons sont espacées d’au moins une semaine. Ce changement, relève l’interlocuteur, trouve son explication dans les conditions climatiques et la pluviosité ayant marqué le mois de mai dernier.
A. M.