Bordj Badji Mokhta- Ressources en eau : La situation en nette amélioration

Pour la première fois, la population de la commune de Timiaouine, relevant de la nouvelle wilaya de Bordj Badji Mokhtar, a passé le mois de Ramadhan sans affronter la pénible quête d’eau qui l’a tant épuisée des années durant.

Désormais, des robinets de Timiaouine, une localité située à l’extrême sud du pays, coulent pour ainsi dire la vie. «Grâce à un projet de transfert d’eau sur plus d’une centaine de kilomètres, soit depuis Tagraout, le problème d’AEP à Timiaouine est définitivement résolu et la distribution de l’eau est quotidienne, voire en H24», assure Abdelkader Boundari, directeur des ressources en eau de Bordj Badji Mokhtar. Timiaouine, qui compte une population de plus de 10.000 habitants, est fournie en eau potable par deux forages d’une capacité chacun de 11 l/s. Idem pour le village d’Abane-Ramdane d’une population de 600 âmes, situé au PK50 à partir de la ville du chef-lieu. Là aussi, l’eau des robinets coule en H24. «Abane-Ramdane a bénéficié de deux forages. Toutefois, les besoins de la population locale peuvent être satisfaits par un seul forage.
La capacité de production actuelle est en mesure d’anticiper de fait toute éventuelle demande future, surtout lorsque l’on sait que la localité peut accueillir des projets socioéconomiques», prévoit le même responsable. Au chef-lieu de wilaya où se concentre la majeure partie de la population, l’eau est disponible en moyenne à raison de 5 heures par jour. «Huit forages alimentent, pour le moment, Bordj Badji Mokhtar, avec une capacité de 11 l/s pour chaque forage. En attendant, un neuvième forage qui entrera en service très prochainement, ce qui augmentera le débit quotidien», éclaire le directeur des ressources en eau. Et de préciser : «A Bordj Badji Mokhtar, une partie de la population est nomade. A ce titre, il existe 30 puits de parcours fonctionnant à l’énergie solaire et on compte en perspective renforcer ce réseau avec 19 nouveaux puits.» A Bordj Badji Mokhtar, l’AEP est gérée par l’ADE. «En revanche, à Timiaouine, la gestion est assurée par l’APC, en attendant l’ouverture des services de l’ADE. Le contrôle de la qualité de l’eau s’effectue régulièrement, particulièrement en ce qui concerne les analyses physicochimiques et bactériologiques pour éviter la propagation des MTH et autres risques sur la santé publique», assure-t-il. Au volet assainissement, la commune de Bordj Badji Mokhtar compte un réseau qui s’étend sur 98,7 km. «Les rejets sont collectés au niveau d’une station de lagunage située à 6 km en dehors de la ville. Celle-ci est dotée de trois bassins de décantation et traite 31.200 m3/j. La station a été livrée fin 2021», souligne le même interlocuteur. La commune de Timiaouine dispose d’un réseau d’assainissement totalisant 45,4 km.

Les ressources en eau en chiffres
A l’instar des autres secteurs, celui des ressources en eau est sur tous les fronts. Des projets de rénovation, de consolidation et d’extension des réseaux d’AEP et d’assainissement, de réalisation de structures de stockage et de forages notamment sont réceptionnés, en cours de l’être ou lancés. En tout, 21 projets, dont 13 dans la seule commune du chef-lieu de wilaya, ont été achevés. Le total du coût de ce programme s’élève à près de 524 millions de dinars. Pour les opérations en cours d’achèvement, la commune de Bordj Badji Mokhtar compte cinq opérations pour une enveloppe financière globale de plus de 475 millions de dinars. «Concernant les opérations pas encore lancées et qui sont dans la phase des procédures administratives, nous recensons 7 projets dans la commune de Bordj Badji Mokhtar pour un montant dépassant les 176,27 millions de dinars», confie-t-il. En ce qui concerne la commune de Timiaouine, elle est concernée par deux opérations dont les chantiers ne sont pas encore lancés. Il s’agit d’une opération de rénovation et d’extension d’un réseau d’assainissement, et l’étude, suivi et réalisation d’un château d’eau d’une capacité de 300 m3 avec clôture et la pose d’une conduite d’amener jusqu’à Haï Errahma Othmane-Ben Affane. Les deux opérations bénéficient d’une enveloppe globale dépassant les 167 millions de dinars.
S’agissant des projets inscrits au titre des plans de développement communal, dix opérations dans le secteur des ressources en eau pour un montant de 158.757.555 DA ont été inscrites à l’actif de la commune de Bordj Badji Mokhtar. Parmi ces actions, des projets ont déjà démarré, d’autres en phase d’inscription (six en tout), alors qu’une opération est dans sa phase des procédures administratives. Pour les opérations inscrites dans le PCD de la commune de Timiaouine, le bilan de la direction des ressources en eau fait ressortir sept projets pour un montant de 92.054.126,2 DA. Une opération consistant en l’acquisition d’équipements hydrauliques a été provisoirement réceptionnée, alors que quatre sont en voie de réalisation. La dernière, portant achat d’un équipement hydraulique, est en phase de réception des appareillages restants. «Dans le sillage de la promotion de Bordj Badji Mokhtar au rang de wilaya de plein exercice, notre secteur a bénéficié d’une importante rallonge financière, à savoir 100 milliards de centimes», dévoile Boundari. Selon lui, la promotion de Bordj Badji Mokhtar aura un effet d’entraînement économique pour la région. «Rien que pour notre secteur, les projets lancés ou ceux à venir profiteront pour les entreprises locales et pour créer de l’emploi. Déjà, l’ADE, qui a ouvert ses services fin 2021, emploie un effectif de 21 techniciens», conclut le directeur des ressources en eau de Bordj Badji Mokhtar.
 A. L.