Boxe : L’EN absente au tournoi international de Russie

En pleine reconstruction depuis la débâcle des jeux olympiques de Tokyo, l’équipe nationale de boxe ne sera pas présente durant le tournoi international prévu le 06 décembre en Russie a-t-on appris auprés de l’entraineur national Brahim Bedjaoui.

«L’équipe sera durant la même période à Naâma pour participer à la coupe d’Algérie dès le 05 du même mois. De ce fait, nous ne pourrons pas nous déplacer à Moscou. Actuellement, nous sommes encore en phase de présélection. D’ailleurs, nous allons engager 30 pugilistes durant la coupe d’Algérie. A l’issue des épreuves, nous garderons les meilleurs dix-huit boxeurs pour représenter l’Algérie durant les jeux méditerranéens d’Oran » a-t-il fait savoir.
Interrogé sur les athlètes rescapés de l’équipe qui avait pris part aux olympiades de Tokyo, Bedjaoui a estimé que la priorité est d’injecter du sang neuf. «Nonobstant le rajeunissement, nous allons commencer par une première étape, à savoir maintenir jusqu’à présent Chouaib Bouloudinat, alors que Mohamed Houmri est encore jeune. Bouloudinat dans sa catégorie de 91 kg (super lourd), va nous aider à combler le déficit dans son poids et encadrer ses futurs successeurs.» Pour ce qui est du cas de Mohamed Flissi, le coach national a été clair. «Il n’a pas pris part à aucun stage, dont celui qui se déroule actuellement à Tikjda. Il a justifié son absence par des raisons familiales. Je suis compréhensif. Mais, Flissi doit être présent durant la coupe d’Algérie s’il compte rester en équipe nationale. Dans le cas échéant, je donnerai la chance à d’autres pugilistes qui seront présents à Naâma. Durant toute ma carrière, je n’ai jamais travaillé avec les sentiments. Nous sommes dans une étape de préparation et de redynamisation de notre noble art. Le boxeur notamment chevronné, doit se soumettre au règlement et éviter les absences répétées» a-t-il souligné.
Le contrat de Bedjaoui jusqu’aux JM 2022
Sollicité par la fédération pour prendre les commandes de l’équipe nationale, Bedjaoui a donné son accord pour signer dans un premier temps un contrat jusqu’aux jeux méditerranéens. «Je ne voulais pas tourner le dos à notre équipe nationale, notamment à huit mois de la manifestation méditerranéenne. Devant notre public, je veux avec la contribution de la fédération, des membres de mon staff technique et des athlètes réussir notre participation durant l’événement. A Oran, je n’aurai pas besoin de motiver nos puncheurs. Juste, il faudra d’ici le jour j ponctuer notre programme de préparation avec notamment élever le volume de compétition de chaque athlète» a-t-il révélé. Pour ce qui est des Olympiades de Paris en 2024, l’entraineur algérien le plus titré a précisé que le renouvellement de son bail par rapport à cette échéance nécessitera un autre round de négociation. «J’ai déjà participé comme entraineur à des jeux olympiques. Je connais à quel point il faudra un programme chargé en matière de stages et de tournois internationaux. De ma part, je veux travailler en ayant toutes les prérogatives d’un entraineur national. Si nous voulons remonter sur le podium olympique d’ici trois ans, il sera important de mettre en application un programme riche et bien défini.» A souligner que le regroupement qui devrait prendre fin hier au centre de Tikjda, a été prolongé de trois jours. «Nous sommes coincés à Tikjda, vu les conditions climatiques. Nous avons décidé de prolonger de 72 heures le stage, en attendant que les routes soient dégagées » a-t-il ajouté.
Adel.K